24.5 C
Kinshasa
lundi 29 novembre 2021
HomePaysCentrafriqueLa République centrafricaine en chiffres. Édition 2021

La République centrafricaine en chiffres. Édition 2021

La République centrafricaine, également appelée Centrafrique ou RCA, est un État d’Afrique Centrale, situé au cœur du continent africain. Entourée par 6 pays (le Tchad, le Soudan, le Soudan du Sud, la RD Congo, le Congo et le Cameroun), elle est enclavée, sans accès direct à la mer. Toutefois, sa position en fait un grand carrefour au sein de l’Afrique.

D’une superficie de quelque 623 000 km2, supérieure à celle de la France métropolitaine (environ 543 940 km2), son territoire correspond à l’ancienne colonie française Oubangui-Chari. La Centrafrique est devenue indépendante en août 1960. Depuis cette date, son histoire politique est très troublée, marquée par des régimes militaires et autoritaires dont celui de Jean-Bedel Bokassa, des soulèvements, des rébellions, des coups d’État et des interventions étrangères.

Au cours des années 2010, des groupes armés et des chefs de guerre ont progressivement pris le contrôle du territoire, vivant de rapines et de la vente illégale des minerais qu’ils exploitent. L’État n’exerce réellement son autorité que dans la partie sud-ouest, sur un tiers du pays.

La Centrafrique dispose d’une variété de matières premières : bois, or, uranium, pétrole et diamant. L’agriculture, la pêche et l’élevage occupent une grande partie de la population. Malgré ce potentiel, la population est très pauvre, les infrastructures sont insuffisantes et en très mauvais état. L’accès à l’éducation et à la santé est limité dans les zones occupées.

Drapeau de la Centrafrique
  • Superficie : 623 000 km2
  • Population (2019) : 4,745 millions d’habitants
  • Densité de population : 7,6 hab/km2
  • Taux de croissance de la population : 0,5 %
  • Rapport de masculinité (H pour 100 F) : 98,3
  • Population urbaine : 41,8 %
  • Population de 0 à 14 ans : 43,9 %

Sources : ONU, BAD

  • Capitale : Bangui
  • Langues officielles : Français, Sango
  • Langue nationale : Sango
  • Accession à l’indépendance : 13 août 1960
  • Fête nationale : 1er décembre
  • Constitution en vigueur : 30 mars 2016
  • Date d’adhésion à l’ONU : 20 septembre 1960
  • Date de ratification de l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 19 mars 2020 (adoption de la loi autorisant la ratification de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF)

Organisation territoriale

Régions (7) : Région 1 : Ombella-Mpoko, Lobaye ; Région 2 : Nana-Mambéré , Mambéré-Kadéi, Sangha-Mbaéré ; Région 3 : Ouham, Ouham-Pendé ; Région 4 : Kémo, Nana-Grébizi, Ouaka ; Région 5 : Vakaga, Bamingui-Bangoran, Haute-Kotto ; Région 6 : Basse-Kotto, Mbomou, Haut-Mboumou ; Région 7 : Bangui

Carte des régions de la Centrafrique

Indicateurs économiques et financiers

  • Devise : Franc CFA
  • PIB nominal : 2,22 milliards de dollars (2018) ; 2,28 milliards $ (2019) ; 2,37 milliards $ (est. 2020) ; 2,72 milliards $ (est. 2021) ; 2,87 milliards $ (est. 2022)
  • PIB par habitant : 525 dollars (proj. 2021)
  • Croissance du PIB réel : 3,7 % (2018) ; 3,1% (2019) ; 0,8% (est. 2020) ; -0,6% (proj. 2021) ; 3,4% (est. 2022)
  • Dette publique totale (en % du PIB) :50% (2018) ; 47,2% (2019) ; 44,1% (est. 2020) ; 46,4% (proj. 2021) ; 44 % (proj. 2022)

Source : FMI, Banque mondiale

Relations avec le Fonds monétaire international

Signature d’un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), d’un montant de 83,55 millions de DTS (environ 115,1 millions de dollars, soit 75 % de la quote-part) en appui au programme économique et financier de la RCA. Ce programme vise à préserver la stabilité macroéconomique du pays, à renforcer les capacités de son administration, la gouvernance et le climat des affaires et à répondre aux besoins persistants de financement de sa balance des paiements : 20 décembre 2019. Source : FMI.

Balance commerciale et des paiements

  • Exportations de biens et services (% du PIB) : 16,4% (2019) ; 14,6 % (proj. 2020) ; 15,2 % (proj. 2021) ; 15,6% (proj. 2022)
  • Importations de biens et services (% du PIB) : – 35,8% (2019) ; 33% (proj. 2020) ; 32,7 % (proj. 2021) ; 32,3 % (proj. 2022)
  • Principales exportations : bois, diamant, coton, café
  • Principales destinations d’exportation : Chine, France, Indonésie, Espagne, Belgique
  • Partenaires à l’import : France, Cameroun, Belgique, Chine

Sources : Banque mondiale (août 2020)

Indicateurs sociaux

  • Espérance de vie (années pour f/h) : 50,5 / 47,3
  • Nombre d’enfants par femme : 5 (2020)
  • Taux de fécondité (naissances vivantes par femme) : 5,1
  • Taux de natalité (pour 1000) : 34,5
  • Taux de mortalité (pour 1 000) : 12,4 (2020)
  • Taux brut de scolarisation primaire : 112% dont 91,5 (filles) /120 (garçons)
  • Taux de scolarisation secondaire : 16% (2020)
  • Taux d’alphabétisation des 15 ans et + : 37,46% (2020)

Sources : ONU, Banque mondiale,  PNUD

Indice de développement humain (IDH)

IDH 2020 : 0,232 ; 188ème rang mondial (sur 189)

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans. En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second élément concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays.

L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), les pays ayant on IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un faible (0,513). Source : PNUD

Doing Business

2020 =  35,6 (note sur facilité de faire des affaires) ; 1 réforme ; 184ème rang mondial (sur 190) ; 50ème rang en Afrique (sur 54)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires. Source : Banque mondiale

Indice de Perception de la Corruption (IPC)

  • 2019 : 25 (note IPC) ;153ème rang mondial (sur 180)
  • 2020 : 26 (note IPC) ; 146ème rang (sur 180) ; 37ème rang en Afrique (sur 54)

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)

  • 2018 : 29,5 (score) ; 50ème rang sur 54
  • 2020 : 47,4 (score) : 29ème rang sur 54

Les composantes clés qui constituent les quatre catégories de l’IIAG sont : Sécurité et État de droit, Participation et Droits humains, Développement économique durable et Développement humain. Chacune de ces catégories se décline en sous-catégories sous lesquelles sont regroupés divers indicateurs qui fournissent des mesures quantifiables des dimensions fondamentales de la gouvernance. Source :Fondation Mo Ibrahim

Index de l’émergence en Afrique

  • 2017 : 33,3 ; 51ème rang sur 54
  • 2019 : 32,2 : 50 ème rang sur 54

Mis au point par le Giersa, l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA)

Index de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 3,24 (score sur 100) ;176ème rang mondial sur 182 ; 41ème rang sur 54 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (existence d’un cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; mesures de coopération (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : UIT (Union internationale des Télécommunications)

Puissance militaire : Classement Global Fire Power (GFP) 

2020 : 129ème rang mondial (sur 138) ; 31ème rang en Afrique (sur 38)

Le GFP se base sur cinquante critères, dont le nombre de militaires actifs, la force navale, la disponibilité du carburant pour les opérations militaires, le nombre d’avions de chasse, le budget consacré à la défense et la flexibilité logistique.  Source : Global Fire Power

Indice de performance environnement (IPE)

2020 : 36,9 (score) ;124ème rang mondial (sur 180) ; 16ème rang en Afrique (sur 51)

L’Indice de performance environnement (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. Il vise à comparer les performances environnementales des pays et ainsi à contribuer à l’amélioration de leurs politiques de protection des écosystèmes et de la santé humaine.

L’édition 2020 de l’IPE classe 180 pays (dont 51 africains) sur la base de 32 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau… Source : Université de Yale 

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS