24.5 C
Kinshasa
vendredi 24 septembre 2021
HomeEntreprisesGrande distribution à Kinshasa : la guerre des enseignes

Grande distribution à Kinshasa : la guerre des enseignes

Au fil des ans, la grande distribution a changé de visage à Kinshasa. Sortant de la chic commune de la Gombe, elle a investi de nouveaux quartiers, s’installant même dans des communes populaires. De nouveaux acteurs, notamment indiens, se sont imposés dans la filière, parfois au détriment des anciens. Mais les Congolais n’ont pas dit leur dernier mot. Ces changements traduisent une petite révolution dans les habitudes de consommation et d’achat, la grande surface damant de plus en plus le pion aux marchés traditionnels.

Quand on se promène dans la vaste et populeuse Kinshasa, forte de ses quelque 15 millions d’habitants, peut-être plus ou peut-être moins, on est souvent étonné de la place prise par les supermarchés voire les hypermarchés. Vingt ans plus tôt, seule la Gombe comptait une petite poignée de supermarchés et de supérettes.

Puis, d’année en année, la grande distribution a multiplié ses enseignes  et ouvert des magasins dans la plupart des communes, y compris celles populaires. En effet, si les Kinois continuent à aller au marché traditionnel, ils s’approvisionnent de plus en plus dans les supermarchés. « L’offre est différente, plus diversifiée, et l’on peut acheter plusieurs produits au même endroit. En outre, ce n’est pas aussi cher qu’on le croyait », souligne Paul, un habitant de Limete. Autre évolution notable, la forte présence des étrangers dans ce secteur où toutefois les Congolais sont de plus en plus décidés à s’imposer.   

D’une communauté à l’autre

Au début des années 2000, quand la RDC commence à trouver un peu de stabilité après les turbulences de la décennie 1990, la Gombe s’étoffe en supermarchés. Une éclosion liée à la présence d’une classe moyenne kinoise et d’expatriés, qui disposent de bons revenus, notamment ceux de la Mission des Nations unies au Congo (Monuc) créée en 1999 et devenue Monusco en 2010.

Les « vieilles » enseignes, nées à l’époque coloniale, ont alors modernisé leurs magasins, dans lesquels elles ont loué des espaces à d’autres entreprises (boulangeries, cafés, etc.)  et se sont même implantées hors de la Gombe. L’un de ces vétérans était Hasson et Frères, un groupe fondé par une famille israélite originaire de Rhodes, qui s’est établie au Congo belge en 1936. L’entreprise comptait 17 points de vente à Kinshasa, dont 2 supermarchés, le plus connu étant celui de la Gombe. Hasson et Frères a innové, en novembre 2009, avec l’ouverture du Plaza Village (16è Rue à Limete), l’un des premiers grands centres commerciaux de Kinshasa. L’autre vétéran était Alimentation Express, enseigne d’une famille portugaise, installée de longue date en RDC.

D’autres étrangers, la plupart installés en RDC dans les années 1990, ont progressivement ouvert des magasins. Parmi eux figurent des Libanais et des Indiens, qui ont souvent commencé dans l’import-export et le commerce général.

Le supermarché Hasson et Frères à la Gombe en 2009, aujourd’hui disparu. @MDMM

D’autres étrangers, la plupart installés en RDC dans les années 1990, ont progressivement ouvert des magasins. Parmi eux figurent des Libanais et des Indiens, qui ont souvent commencé dans l’import-export et le commerce général. Créé en 1995, City Market (Sun Rise), situé dans le cœur commerçant de la Gombe, est l’affaire d’une famille libanaise, arrivée en RDC en 1986. Kin Mart a été également fondé par un Libanais. La chaîne de supermarchés Regal est une filiale de Gay Impex, créé en 1998 par l’indien Parmanand Daswani. Arrivé en RDC en 1993, ce dernier a d’abord opéré dans le commerce général. Il intervient aussi au Congo-Brazzaville sous l’enseigne Park’n Shop. D’autres Libanais et Indiens ont ouvert des supérettes, comme Alimentation Cristal, Munuprix ou Bam à la Gombe.

Les Congolais ne sont pas restés en marge du mouvement. Après Netty’s, petite alimentation créée en 1992, dans la concession d’Utexafrica à Kintambo, la famille Ndombasi a ouvert, en 1997, un supermarché Carrefour, à la Gombe, devenu, en 2003, Peloustore. En 2008, elle implantait une supérette du même nom à Limete. Des Congolais de la diaspora ont emboîté le pas, en installant, dans des quartiers populaires, des supérettes, aux chiffres d’affaires plus limités et à la clientèle essentiellement locale. Les plus connues étaient la Casa à Lingwala, Food Market à Kintambo ou Kin Alimentaire à Limete.

Produits alimentaires et take-away

L’une des grandes innovations de cette période fut l’introduction dans ces supermarchés de rayons fruits et légumes frais, fromage, viande, poisson et charcuterie et de boulangeries-pâtisseries, à côté des rayons consacrés aux produits alimentaires transformés, aux produits d’entretien, de quincaillerie et cosmétiques. Lancés par Peloustore, les  plats cuisinés à emporter ont également fait fureur au point que quasiment tous ses confrères ont adopté la formule. Ainsi est né le take away, une formule bien pratique pour les cadres travaillant dans le secteur public et privé, qui n’avaient pas les moyens d’aller manger le midi dans les restaurants huppés de la Gombe, ainsi que pour les célibataires ou les couples sans enfants et sans personnel de maison, qui n’avaient pas le temps de préparer des repas le soir en rentrant chez eux. La vaisselle, l’électroménager, la hifi, les meubles, la literie, les chaussures et les vêtements ont également fait leur entrée dans certains magasins. 

Lancés par Peloustore, les  plats cuisinés à emporter ont également fait fureur au point que quasiment tous ses confrères ont adopté la formule. Ainsi est né le take away.

Entrée en masse des Indiens

Les temples de la grande distribution vont se multiplier au cours des années 2010.  Si les concepts lancés une décennie plus tôt  (rayons alimentation, plats à emporter, espaces loués, etc.) restent grosso modo les mêmes, des changements vont toutefois apparaître avec l’implantation de nouvelles enseignes, l’apparition de centres commerciaux ou malls, l’extension des grandes surfaces dans la plupart des communes de la capitale et la présence renforcée des Indiens dans la filière.

En effet, les Indiens sont devenus les rois de la grande distribution à Kinshasa, concurrençant fortement les Libanais. Ils ont un atout : les supermarchés tenus par des Libanais ne vendent ni viande ni produits à base de porc et aucun alcool.

Ainsi l’enseigne Regal a agrandi et modernisé son supermarché boulevard du 30 juin et s’est implantée à Limete. S&K (initiales de Samay Karim), qui a débuté avec une petite supérette à la Gombe, compte aujourd’hui 6 magasins. La chaîne GG Market s’est établie en plein centre-ville, dans le centre commercial Kin Mazière, ancienne propriété de la famille Mobutu rachetée par des hommes d’affaires indiens et a ouvert un supermarché à Lemba.

Kin Marché, chaîne de supermarché du groupe Sajico, à la Gombe. @MDMM

L’une des dernières nées est Kin Marché, du groupe Sajico fondé par Sajid Umedali Dhrolia, un homme d’affaires indien qui s’est implanté en RDC avec une société d’import et d’export et est actionnaire de Modern Construction. L’enseigne compte une quinzaine de magasins, dont un hypermarché situé avenue de la presse à la Gombe, et des supermarchés à Kintambo, Bandal, Ngaliema, Binza, Matonge, Masina et Limete. D’autres enseignes, créées par la communauté indienne, ont éclos ici et là comme Swiss Mart et OK Mart

Les Indiens sont devenus les rois de la grande distribution à Kinshasa, concurrençant fortement les Libanais. Ils ont un atout : les supermarchés tenus par des Libanais ne vendent ni viande ni produits à base de porc et aucun alcool.

Les Libanais contrôlent les enseignes Kin Mart, Saba Hypermarket et City Market (Sun Rise). S’ils ont perdu des points dans la grande distribution, ils ont visé l’implantation de centres commerciaux et de malls et dominent la fabrication du pain.

C’est parmi les Européens que les choses ont moins bien tourné. Hasson et Frères a fermé son supermarché à la Gombe, tout en maintenant Plaza Village, et Alimentation express a baissé définitivement ses rideaux.

Mabele Coop, la contre offensive congolaise

Bien que certaines de leurs chaînes aient connu des déboires, les Congolais ont tenu le coup. Ainsi, s’ils ont fermé Peloustore à la Gombe, les Ndombasi comptent Moni-shop à Ma Campagne, Binza UPN et Limete. Au quartier GB, dans la commune de Kintambo, ShopRite, une chaine de distribution sud-africaine à laquelle les Bemba ont confié en 2012 la gestion de leur centre commercial, est en pleine expansion. Food Market a ouvert des magasins dans plusieurs quartiers populaires.

Nouvelle avancée des Congolais dans le secteur de la distribution, avec Mabele Coop (Mabele signifie terre en langue lingala), dont le premier supermarché a vu le jour le 6 mars 2021.

Rayon Fruits de Mabele Coop

Nouvelle avancée des Congolais dans le secteur de la distribution, avec Mabele Coop  (Mabele signifie terre en langue lingala) dont le premier supermarché a vu le jour le 6 mars 2021. Le concept est original et novateur pour plusieurs raisons. Il vise à offrir des produits made in Congo (produits agricoles et maraîchers frais ou transformés) aux consommateurs et, ainsi, à soutenir et doper la production agricole et maraîchère locale. Sa structure juridique est une coopérative regroupant des producteurs et autres associés. Une manière de faire contrepoids aux enseignes étrangères, notamment indiennes, mais aussi aux marchés traditionnels, souvent peu salubres.

Le projet de Mabele Coop, dont l’initiateur et l’actuel président du conseil d’administration est le consultant Al Kitenge, remonte à plus d’une année. « Nous avons mis en place la coopérative Mabele, qui compte déjà 300 membres fondateurs, chacun devant verser 200 dollars pour obtenir ce statut. La structure de Mabele est une pyramide inversée », expliquait-il, il y a quelques mois. Le but est d’ouvrir à terme une cinquantaine de supermarchés dans la ville de Kinshasa, puis de s’étendre dans d’autres provinces.

Lire aussi notre article : RDC. Mabele Coop, une coopérative pour inciter à consommer congolais.  

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS