24.5 C
Kinshasa
lundi 15 août 2022
HomePaysAngolaLa république d’Angola en chiffres. Édition 2022

La république d’Angola en chiffres. Édition 2022

Vaste plateau, qui descend graduellement vers l’océan Atlantique, la république d’Angola est située au carrefour des espaces francophone et anglophone de l’Afrique médiane. Elle a pour pays limitrophes le Congo au nord, la République démocratique du Congo (RDC) au nord et au nord-est, la Zambie à l’est et la Namibie au sud. Géographiquement séparée du reste du territoire, la province de Cabinda forme une enclave entre le Congo et la RDC.

Ancienne colonie portugaise, devenue indépendante en novembre 1975 au terme de 13 ans de lutte de libération nationale, la République populaire d’Angola, rebaptisée le 26 août 1992 République d’Angola suite à l’abandon du marxisme-léninisme, a été le théâtre d’une guerre civile qui a pris fin en 2002. Sorti vainqueur de ce conflit, le Mouvement populaire de libération de l’Angola (MPLA) est au pouvoir depuis l’indépendance.

Le pays est riche en hydrocarbures (pétrole et gaz), qui représentent une part importante du Produit intérieur brut (PIB) et en ressources minérales (diamant, terres rares, cuivre, cobalt et nickel…). La pêche et l’agriculture sont d’autres atouts. Un effort est fait pour diversifier l’économie.

Drapeau de la République d’Angola
  • Superficie : 1 246 700 km2
  • Population (proj. 2022) : 32,921, millions d’habitants
  • Densité de population : 26,4 habitants au km2
  • Croissance annuelle de la population : 3,5 %
  • Rapport de masculinité (H pour 100 F) : 97,9
  • Population urbaine (2019) : 66,22 %
  • Population de 0 à 14 ans (2019) : 46,6 %. Source : ONU
  • Capitale : Luanda (population urbaine de la province de Luanda : 8,044 millions d’habitants)
  • Langue officielle : Portugais
  • Langues nationales : umbundu ; kimbundu ; kikongo ; quioco ; ganguela
  • Accession à l’indépendance :  11 novembre 1975
  • Fête nationale : 11 novembre
  • Constitution en vigueur : adoptée le 21 janvier 2010, promulguée le 05 février 2010 et partiellement révisée en juin 2021.
  • Date d’adhésion à l’ONU : 01 décembre 1976
  • Date de ratification de l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 28/04/2020

Organisation politique

  • Système politique : Présidentiel-parlementaire
  • Structure du parlement : Unicaméral

Principaux partis politiques :

  • Mouvement Populaire de Libération de l’Angola – Movimento Popular de Libertação de Angola (MPLA) ;
  • Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola – União Nacional para a Independência Total de Angola (Unita) ;
  • Large convergence pour le salut de l’Angola – Coalition électorale – Convergência Ampla de Salvação de Angola – Coligação Eleitoral (CASA-CE)

Élections générales

Les élections générales permettent d’élire les députés de l’Assemblée nationale au suffrage universel, direct et secret, ainsi que le président de la République.

Est considéré comme élu Président de la République et Chef de l’exécutif le candidat tête de liste, dans la circonscription nationale, du parti politique ou coalition de partis qui obtient la majorité des suffrages aux élections générales.

Le président de la République et les députés sont élus pour un mandat de 5 ans.

Date des élections générales et score des partis politiques

  • Élections générales du 24 août 2022
  • Élections générales du 23 août 2017 : MPLA (61 % des suffrages) ; UNITA (26,6 %) ; CASA–CE (9,5 %)
  • Élections générales du 31 août 2012 : MPLA (71,84 % des suffrages) ; UNITA (18,66 %) ; CASA–CE (6 %)

Présidents de la République depuis l’indépendance :

  • João Manuel Gonçalves Lourenço (26 septembre 2017-
  • José Eduardo dos Santos (10 septembre 1979-26 septembre 2017) Décédé le 8 juillet 2022
  • Agostinho Neto (11 novembre 1975-10 septembre 1979, date de son décès)

Organisation territoriale : 18 provinces

Carte administrative de l’Angola

Bengo (capitale : Caxito) ; Benguela (capitale : Benguela) ; Bie (capitale : Kuito) ; Cabinda (capitale : Cabinda) ; Cuando-Cubango (capitale : Menongue) ; Cunene (capitale : Ondjiva) ; Huambo (capitale : Huambo) ; Huila (capitale : Lubango) ; Kwanza Norte (capitale : Ndalatando) ; Kwanza Sul (capitale : Sumbe) ;  Luanda (capitale : Luanda) ; Lunda Norte (capitale : Dundo) ; Lunda Sul (capitale : Saurimo) ; Malanje (capitale : Malanje) ; Moxico (capitale : Luena) ; Namibe (capitale : Namibe) ; Uige (capitale : Uige ) ; Zaïre (capitale : Mbanza-Congo).

Indicateurs sociaux 

  • Espérance de vie à la naissance : 61 ans
  • Indice de fécondité  (naissances par femme) : 8,0
  • Taux de mortalité infantile : 4,8 % (2020)
  • Taux brut de scolarisation au primaire (f/h par 100 pop) : 105,2 / 121,6
  • Taux d’alphabétisation : 72,93 %.
  • Taux d’alphabétisation des jeunes de 15 à 24 ans : 77 %
  • Accès à l’électricité : 46,9 %(2020)

Indice de développement humain (IDH)

  • IDH 2018 : 0,574 ; 149è rang mondial (sur 189)
  • IDH 2019 : 0,581 ; 148ème rang mondial  (sur 189) 

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans. En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés par le PNUD. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second élément concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays.

L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), les pays ayant on IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un faible (0,513). Source : PNUD

Indicateurs économiques et financiers

  • Devise : Kwanzas angolais (AOA)
  • PIB réel : 58,5 milliards de dollars (2020) ; 73,7 MM$  (proj. 2021) ; 89 MM$ (proj. 2022)
  • Taux de croissance du PIB réel : -5,2 % (2020) ; 0,1 % (proj. 2021) ; 3 % (proj. 2022)
  • PIB/habitant : 2704 $ (proj. 2022)
  • Dette publique totale (en % du PIB) : 135,1 % (2020) ; 95,9 % (proj. 2021) ; 78,9 % (proj. 2022). Source : FMI.

Principales productions

  • Pétrole et gaz  (barils/jour en 2020 : 1,388 million (2020) ; 1,258 million (proj. 2021) ; 1,282 million (proj. 2022).
  • Diamant (2020) : 9,1 millions de carats (7è producteur mondial)  Sources : FMI. France (Direction générale du Trésor)

Balance des paiements

Exportation de biens (% du PIB) : 35,8 % (2020) ; 43,5 % (proj. 2021) ; 40,8 % (proj. 2022) ;
Importation de biens (% du PIB) : 16,3 % (2020) ; 15,9 % (proj. 2021) ; 15,81% (proj. 2022). Source : FMI

Commerce extérieur

  • Principales exportations (en % du total -2020) : Hydrocarbures : 95 % ; Diamant : 3% 
  • Principales importations (en % du total – 2020) :  Biens d’équipement pour le secteur pétrolier  (23 %) ; Produits chimiques (9,3%) ; importations alimentaires (23%) ; équipements de transport (9,6%)
  • Partenaires (% d’export. 2020) : Chine (57 %), États-Unis (9 %),  Inde (7,2%)
  • Partenaires (% d’import. 2020) : Chine (15,4 %), Portugal (14,2%) ; États-Unis (6,6 %). Sources : FMI. France (Direction générale du Trésor)

Relations avec le Fonds Monétaire international (FMI)

Approbation par le FMI d’une extension financière de 765 millions $ de l’accès de l’Angola au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC), conclu fin 2018. En plus de l’objectif initial de rétablissement de la viabilité extérieure et budgétaire, d’amélioration de la gouvernance et de diversification de l’économie, cette augmentation permettra de soutenir les efforts des autorités angolaises pour contrôler la propagation de la pandémie de covid-19, atténuer son impact économique et persévérer dans la mise en œuvre des réformes structurelles : 16 septembre 2020. Source : FMI

Signature d’un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), d’un montant de3,7 milliards de dollars (361 % de la quote-part du pays) pour soutenir le programme de réformes économiques du pays : 7 décembre 2018. Source : FMI

Doing Business

2020 :  41,3 (facilité de faire des affaires) ; 177ème rang mondial (sur 190) ; 45ème rang en Afrique (sur 54)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires.Source : Banque mondiale

Indice de liberté économique

  • 2021 : 54,2 (score) : 140ème rang mondial ; 30ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne
  • 2022 :  52,6 (score)  139ème rang mondial ; 29ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne (Catégorie : peu de liberté)

Publié par le think tank américain « The Heritage Foundation », l’indice de liberté économique, édition 2022, couvre 184 pays. Il évalue l’étendue et l’efficacité de l’activité gouvernementale dans 12 domaines connus pour avoir un impact significatif sur les niveaux de croissance économique et de prospérité. Il mesure la liberté économique sur la base de 12 facteurs quantitatifs et qualitatifs, regroupés en quatre grandes catégories, ou piliers, de liberté économique : État de droit ; Taille du gouvernement ; Efficacité de la réglementation ; Ouverture des marchés. Chacune des douze libertés est notée sur une échelle de 0 à 100. Le score global d’un pays est obtenu en faisant la moyenne de ces douze libertés économiques, un poids égal étant accordé à chacune d’entre elles. Source : The Heritage Foundation

Transparence dans les Industries Extractives (ITIE)

Adhésion le 16 juin 2022

57ème pays à mettre en œuvre la Norme ITIE,  28ème en Afrique.

Indice de performance environnementale (IPE)

  • 2020 : 29,7 (score) ; 158 ème   rang sur 180 pays ; 31ème rang en Afrique subsaharienne
  • 2022 : 30,5 (score) ; 151ème   rang sur 180 pays ; 36 ème rang en Afrique subsaharienne

L’Indice de performance environnemental (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et de Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. L’édition 2022 classe 180 pays sur leurs efforts nationaux pour protéger la santé environnementale, améliorer la vitalité des écosystèmes et atténuer le changement climatique. L’indice est basé sur 40 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement, à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau…. Source : Université de Yale

Indice de résilience climatique (IRC)

2019 : 23è rang sur 180 pays

L’indice de résilience climatique est calculé à partir des caractéristiques structurelles d’un pays qui contribuent soit à augmenter, soit à diminuer le risque de l’effet négatif des catastrophes climatiques. Source : BAD

Empreinte carbone

Émission de CO2 2019 : 0,8 tonne par habitant (moyenne monde : 5 t/hab). Source : Banque mondiale

Indice de Perception de la Corruption (IPC)

  • 2020 : 27(note IPC) ;142ème rang mondial (sur 180)
  • 2021 : 29 (note IPC) ; 136e rang mondial

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)

  • 2018 : 38,3 (score) : 45ème place sur 54
  • 2020 : 40,0 (score) : 43ème place sur 54

Les composantes clés qui constituent les quatre catégories de l’IIAG sont : Sécurité et État de droit, Participation et Droits humains, Développement économique durable et Développement humain. Chacune de ces catégories se décline en sous-catégories sous lesquelles sont regroupés divers indicateurs qui fournissent des mesures quantifiables des dimensions fondamentales de la gouvernance. Source :Fondation Mo Ibrahim

Indice de démocratie

  • 2020 : 3,66 (117è rang sur 167 ; 24è rang en Afrique)
  • 2021 : 3,37 (122è rang sur 167 ; 26è rang en Afrique)

L’indice de démocratie a été créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist. Il permet d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations Unies. Calculé à partir de 60 critères différents, l’indice répartit les pays étudiés en 4 différents types de régime (démocraties : indice entre 8 et 10 ; démocraties imparfaites ; indice entre 6 et 8 ; régimes hybrides : indice entre 4 et 6 ; régimes autoritaires : indice inférieur à 4). Source : Economist Intelligence Unit (EIU)

Indice de Liberté de la presse

  • 2021 : 65,94 (score)  ; 103ème rang sur 180
  • 2022 :  57,17 (score)  ; 99ème rang sur 180. Source : Reporters sans frontière

Index de l’émergence en Afrique

  • 2019 : 38,5 : 45è rang sur 54
  • 2021 : 38,4 : 45è rang sur 54

Mis au point par le Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (Giersa), l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : GIERSA

Indice de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 12,99 (score sur 100) ; 151ème rang mondial sur 182 ; 31ème rang sur 43 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; Mesures coopératives (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : Union internationale des Télécommunications (UIT)

Puissance militaire (Classement Global Fire Power – GFP)

2022 : 66ème rang sur 142 pays ; 7è rang sur 36 pays africains ; 1,0931 (score)

Depuis 2006, Global Firepower (GFP) fournit des données concernant 142 puissances militaires modernes. Le classement GFP est basé sur la capacité potentielle de chaque nation à faire la guerre sur terre, sur mer et dans les airs par des moyens conventionnels. Les résultats intègrent des valeurs liées à la main-d’œuvre, à l’équipement, aux ressources naturelles, aux finances et à la géographie. Le GFP se base sur cinquante critères, dont le nombre de militaires actifs, la force navale, la disponibilité du carburant pour les opérations militaires, le nombre d’avions de chasse, le budget consacré à la défense, la flexibilité logistique, etc. Un score parfait (jamais atteint) est égal à 0,000. Source : Global Fire Power

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS