24.5 C
Kinshasa
samedi 26 novembre 2022
HomeSecteursÉconomie-FinancesLa république de Guinée Équatoriale en chiffres. Édition 2022

La république de Guinée Équatoriale en chiffres. Édition 2022

Ancienne colonie espagnole, devenue indépendante en 1968, la Guinée équatoriale est située en Afrique centrale, en plein cœur du Golfe de Guinée et à proximité de l’équateur.  Elle compte un domaine continental inséré entre le Cameroun, au nord, et le Gabon, au sud, et une composante insulaire, géographiquement émiettée, qui lui confèrent un espace maritime de 312 000 km2. Sa forêt dense s’étend sur quelque 22 000 km2.

À la tête du pays depuis 1979, le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo (80 ans) exerce un pouvoir  autoritaire : la prise de décision relève largement de la présidence, l’opposition est quasi inexistante ou en exil, la presse est aux mains de l’État… Le 23 septembre 2022, le bureau exécutif du Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), parti au pouvoir, a désigné à l’unanimité, le président Teodoro Obiang comme candidat du PDGE à l’élection présidentielle du 20 novembre prochain, qui a été avancée de 5 mois. Peu diversifiée, l’économie du pays repose principalement sur les hydrocarbures (pétrole, méthanol et autres gaz) et le bois. Elle connait de grandes difficultés depuis quelques années.

Drapeau de la république de Guinée équatoriale
  • Superficie : 28 050 km2
  • Population (2019) : 1,4 million d’habitants
  • Densité de population : 50 hab/km2
  • Pourcentage de femmes : 47,6 %
  • Taux de croissance annuelle de la population : 3,4%
  • Population urbaine : 73,1%
  • Population de 0 à 14 ans : 36,5 %
  • Population de 65 ans et + : 5,5 %
  • Principaux groupes ethniques : Fangs (80%), Bubis, Bengas

Sources : ONU, BAD, FMI

  • Capitale : Malabo
  • Langues officielles : espagnol, français (depuis 1997), portugais (depuis 2011)
  • Date de l’indépendance : 12 octobre 1968
  • Fête nationale : 12 octobre
  • Constitution en vigueur (Ley Fundamental de Guinea Ecuatorial) : adoptée par référendum le 23 novembre 2011 et promulguée le 16 février 2012
  • Date d’adhésion à l’ONU : 12 novembre 1968
  • Date de ratification de l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 28/06/2019
  • Adhésion à l’Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) : la Guinée équatoriale a adhéré à l’Opep en 2017, devenant ainsi le 14ème pays membre et le 6ème pays membre africain. En 2023, elle assurera la présidence de l’organisation.

Lire aussi : Zone de libre échange continentale : la Cemac est-elle prête ? https://www.makanisi.org/zone-de-libre-echange-continentale-la-cemac-est-elle-prete/

SYSTÈME POLITIQUE

Institutions

Présidence : Le président de la République, chef de l’État, est élu au suffrage universel, direct et secret, pour un mandat de sept ans, renouvelable. Il est assisté d’un Vice-Président dont la nomination est ratifiée par les deux chambres du Parlement, avant son entrée en fonction.

Parlement bicaméral : Chambre des députés (Cámara de los Diputados – 100 sièges) et Sénat (Senado – 70 membres dont 55 élus et 15 nommés par le Président de la république). Les 100 députés et les 55 sénateurs sont élus au suffrage universel, direct et secret, pour un mandat de cinq ans.

Principaux partis politiques 
  • Parti démocratique de Guinée équatoriale (PDGE), créé en 1987 par Téodoro Obiang
  • Union du centre droit (UCD)
  • Convergence pour la démocratie sociale (CPDS)
  • Coalition d’Opposition pour la Restauration d’un État Démocratique (CORED)
  • Parti de la coalition sociale et démocrate
  • Citoyens pour l’innovation (CI) de l’ancien Lieutenant-colonel Gabriel Nse Obiang Obono, dissous par la justice en 26 février 2018.
Élections (date et score)

Élection présidentielle :

  • Prochaine présidentielle : 20 novembre 2022
  • Précédente présidentielle : 24 avril 2016 (Obiang : 93,7 % des suffrages exprimés)

Élections générales (législatives, sénatoriales et municipales) :

  • Prochaines élections : 20 novembre 2022
  • Précédentes élections : 12 novembre 2017. Chambre des députés : PDGE (99 sièges ; CI : 1 siège) ; Sénat (PDGE : 70 sièges) ; Mairies (PDGE)
Présidents de la République depuis l’indépendance

– Teodoro Obiang Nguema Mbasogo :

  • 12 octobre 1982 – aujourd’hui : Il est nommé président de la République, le 12 août 1982 pour sept ans, par le Conseil suprême militaire. Il est élu président de la République le 25 juin 1989 (99 % des voix), puis réélu le 25 février 1996 (97,8 %), le 17 décembre 2002  (97,1 %), le 29 novembre 2009 (95,37 %) et le 24 avril 2016 (93,5 %).
  • 3 août 1979 -12 octobre 1982 : Il est président du Conseil militaire suprême, composé de douze membres

– Francisco Macias Nguema :

12 octobre 1968 – 3 août 1979. Il est renversé par un coup d’État dirigé par Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, son neveu et ministre de la Défense. Traduit devant la justice, il est condamné à mort pour génocide et exécuté le 29 septembre 1979.

Carte de la Guinée équatoriale

ORGANISATION TERRITORIALE

La Guinée Équatoriale compte 2 régions (insulaire et continentale), 8 provinces, 20 districts et 30 municipalités.

Provinces (chef-lieu) 

  • Région insulaire : Annobón (chef-lieu : San Antonio de Palé) ; Bioko Nord (chef-lieu : Malabo) ; Bioko Sud (chef-lieu : Lubá)
  • Région Continentale : Littoral (chef-lieu : Bata) ; Centro Sud (chef-lieu : Evinayong) ; Kie-Ntem (chef-lieu : Ebebiyín) ; Wele-Nzas (chef-lieu : Mongomo ;  Djibloho (chef-lieu : Djibloho).

ÉCONOMIE ET CLIMAT DES AFFAIRES

Indicateurs économiques et financiers  
  • Devise : Franc CFA (XAF)
  • PIB réel : 11,364 milliards de dollars(2019) ; 10,099 milliards de dollars (est. 2020) : 12,269 milliards de dollars (2020)
  • Croissance du PIB réel : – 5.5 % (2019) ; – 4,2 % (est. 2020) ; – 3.2 % (est. 2021) ; 5,8  % (proj. 2022) ; -3,1 % (proj. 2023)
  • PIB/habitant /an : 8 131,9 dollars (2020)
  • Encours de la dette publique en % du PIB : 43,2 % (2019) ; 48,4 % (est. 2020) ; 42,4 (est. 2021) ; 27,1 % (proj. 2022) ; 26,5 % (proj. 2023). Source : FMI
Principales productions

Pétrole brut : 7,1 Mt. (2020) ; Méthanol et autres gaz : 4,311 Mt. ; Bois-production de grumes : 41200 m3

Commerce extérieur
  • Principales exportations : pétrole brut, méthanol et autres gaz ; bois d’oeuvre
  • Exportation de biens et de services (% du PIB) : 53 % (2019) ; 43 % (2020)
  • Importation de biens et de services (% du PIB) : 42 % (2019) ; 46 % (2020).
  • Partenaires à l’export (2020) : Chine, Espagne, Portugal, Inde
  • Partenaires à l’import (2020) : Nigeria, Espagne, Chine, États-Unis, Brésil
  • Source : BNP Paribas
Relations avec le Fonds monétaire international (FMI)
  • Approbation par le conseil d’administration du FMI d’un décaissement d’environ 67,38 millions de dollars (30 % de la quote-part) au titre de l’instrument de financement rapide (IFR). Cette aide permet de couvrir les besoins urgents de financement du budget et de la balance des paiements générés par la pandémie de COVID-19 et les explosions de Bata du mois de mars, et de mobiliser des financements extérieurs supplémentaires, tout en consolidant les réserves régionales de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale : 15 septembre 2021
  • Signature d’un accord triennal au titre du Mécanisme Élargi de crédit (MEDC) d’un montant d’environ 282,8 millions de dollars, en appui au programme de réformes économiques équato-guinéen : 18 décembre 2019. Source : FMI
SIège du Ministère des Finances à Malabo 2 @MDMM
Doing Business

2020 :  41,1 (note sur facilité de faire des affaires) ;  178ème rang  mondial (sur 190) ;  46ème rang en Afrique (sur 54)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires. Source : Banque mondiale

Indice de liberté économique
  • 2021 : 49,2 (score) : 163ème rang mondial ; 41ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne
  • 2022 : 47,2 (score)  163ème rang mondial ; 41ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne (Catégorie : peu de liberté)

Publié par le think tank américain « The Heritage Foundation », l’indice de liberté économique, édition 2022, couvre 184 pays. Il évalue l’étendue et l’efficacité de l’activité gouvernementale dans 12 domaines connus pour avoir un impact significatif sur les niveaux de croissance économique et de prospérité. Il mesure la liberté économique sur la base de 12 facteurs quantitatifs et qualitatifs, regroupés en quatre grandes catégories, ou piliers, de liberté économique : État de droit ; Taille du gouvernement ; Efficacité de la réglementation ; Ouverture des marchés. Chacune des douze libertés est notée sur une échelle de 0 à 100. Le score global d’un pays est obtenu en faisant la moyenne de ces douze libertés économiques, un poids égal étant accordé à chacune d’entre elles. Source : The Heritage Foundation

DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET HUMAIN

Indicateurs sociaux  
  • Espérance de vie à la naissance : 59,3 ans
  • Taux de fécondité (naissances vivantes par femme) : 5,0
  • Taux de mortalité infantile : 65 pour 1000 naissances
  • Malnutrition infantile : 26,2 %
  • Taux brut de scolarisation primaire (f/h) : 61,3 / 61,8
  • Taux d’alphabétisation des adultes (Total/H/F) :  88,3 % / 90,8 % / 86,7%
  • Accès à l’électricité (66,6%), à l’eau (64,7%)
  • Nombre d’abonnés à la téléphonie mobile : 45,2 pour 100 habitants

Sources : ONU, BAD.

Indice de développement humain (IDH)

IDH 2020 : 0,582 ; 145ème rang mondial  (sur 189) 

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans. En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés par le PNUD. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second élément concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays. L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), les pays ayant on IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un faible (0,513). Source : PNUD

GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE

Indice de Perception de la Corruption (IPC) 
  • 2020 : 16 (note) ;174ème rang mondial (sur 180)
  • 2021 : 17 (note) ;173ème rang mondial (sur 180)

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)

2020 : 28,7 (score) ; 51ème rang (sur 54)

L’IIAG 2020 évalue l’état et les tendances de la gouvernance des 54 États africains, à travers quatre grandes dimensions : Sécurité et état de droit, Participation, Droits et inclusion, Fondements des opportunités économiques; Développement humain. Il présente également une mouture rénovée de l’indice, au travers notamment de trois améliorations significatives : une extension du spectre de la gouvernance, incluant de nouveaux domaines comme l’environnement ou la gestion des inégalités ; des indicateurs renforcés grâce à l’amélioration de la disponibilité des données ; et une nouvelle section entièrement dédiée aux Voix des citoyens africains. Source : Fondation Mo Ibrahim

Index de l’émergence en Afrique
  • 2017 : 36,36 (moyenne) ; 47 ème rang sur 54
  • 2019 : 43,6 (moyenne) ; 37ème rang sur 54
  • 2021 : 41,5 (moyenne) ; 41ème rang sur 54

Mis au point par le Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (Giersa), l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : GIERSA

Indice de démocratie
  • 2020 : 1,92 (160ème rang sur 167 ; 41ème rang en Afrique)
  • 2021 : 1,92 (158ème rang sur 167 ; 41ème rang en Afrique)

L’indice de démocratie a été créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist. Il permet d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations Unies. Calculé à partir de 60 critères différents, l’indice répartit les pays étudiés en 4 différents types de régime (démocraties : indice entre 8 et 10 ; démocraties imparfaites ; indice entre 6 et 8 ; régimes hybrides : indice entre 4 et 6 ; régimes autoritaires : indice inférieur à 4). Source : Economist Intelligence Unit (EIU)

Indice de Liberté de la presse
  • 2021 : 44,33 (score)  ; 164ème rang sur 180
  • 2022 :  43,96 (score)  ; 141ème rang sur 180

Le score de chaque pays dépend de cinq indicateurs contextuels, qui permettent de comprendre la liberté de la presse sur un territoire dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.  Il varie de 0 à 100. Un haut degré de liberté de la presse est associé à un score élevé, et inversement. Source : RSF

Vue aérienne de l’ïle de Bioko entre forêt et océan. @MDMM

ENVIRONNEMENT

Aires protégées : 19,1 % du territoire national en 2021
  • Parcs nationaux : Altos de Nsork ; Monte Alén ; Pico Basilé ; Malabo
  • Réserves naturelles : Annobón ; Islas de Corisco y Elobeyes ; Estuario del Muni ; Monte Temelón ; Punta Llende ; Rio Campo
  • Monuments naturels : Piedra Bere ; Piedra Nzas
  • Réserves scientifiques : Caldera de Luba ; Playa Nendyi
Indice de performance environnementale (IPE)
  • 2020 : 38,1 (score) ; 115ème   rang sur 180 pays ; 9 ème rang en Afrique subsaharienne
  • 2022 : 44,8 (score) : 77ème rang sur 180 : 10ème rang en Afrique subsaharienne

L’Indice de performance environnemental (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et de Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. L’édition 2022 classe 180 pays sur leurs efforts nationaux pour protéger la santé environnementale, améliorer la vitalité des écosystèmes et atténuer le changement climatique. L’indice est basé sur 40 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement, à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau…. Source : Université de Yale

Indice de résilience climatique (IRC)

2021 : 27,5 (score) : 107ème rang sur 180 ; 17ème rang sur 53 pays d’Afrique

L’indice de résilience climatique est établi à partir de plus de 900 indicateurs, dont des données mesurant le PIB, les facteurs clés de la vulnérabilité climatique ainsi que la capacité des pays à attirer des financements climatiques et à mettre en œuvre des projets d’adaptation. Il existe trois catégories de résilience : résilience élevée (scores de 60 ou plus sur une échelle de 100 points), résilience moyenne (scores de 45 à 59,9) et résilience faible (scores de 44,9 ou moins). Source : Henley & Partners

Empreinte carbone

Émission de CO2 2019 : 3,9 tonnes par habitant (moyenne monde : 6 t/hab). Source : Banque mondiale

Lire aussi : L’histoire de la Guinée Équatoriale racontée à nos enfants. De la préhistoire à nos jours. Éd. Jaguar. https://www.makanisi.org/lhistoire-de-la-guinee-equatoriale-racontee-a-nos-enfants-de-la-prehistoire-a-nos-jours-ed-jaguar/

CYBERSÉCURITÉ

Indice de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 1,46 (score sur 100) ; 180ème rang mondial sur 182 ; 43ème rang sur 43 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; Mesures coopératives (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : Union internationale des Télécommunications (UIT)

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS