24.5 C
Kinshasa
samedi 24 octobre 2020
Accueil Pays Afrique centrale Le Tour d’Afrique : un Trivial Pursuit 100% africain

Le Tour d’Afrique : un Trivial Pursuit 100% africain

Vous rêvez de faire le tour de l’Afrique ? Oui bien sûr, mais c’est très cher et par où commencer, allez-vous répondre ! En attendant de réunir toutes les conditions pour visiter ce vaste et beau continent, vous pouvez le faire virtuellement en jouant, en famille ou entre amis… au Tour d’Afrique. 

Un Trivial Pursuit 100% africain

Ni jeu de l’Oie, ni Petits chevaux, ni Monopoly, ce jeu de société, sorti en septembre 2019 en Belgique, est une sorte de Trivial Pursuit 100% africain. Mieux. Ce jeu de plateau est une promenade ludique autour de la carte du continent. Une promenade qui se mérite, puisque les participants sont invités à répondre à des questions sur l’Afrique.  En tout, 1200 questions, contenues dans 300 cartes-­questions regroupées en cinq catégories : les arts, la nature, la géographie, le sport et l’histoire. De quoi mettre au défi, petits et grands sur leurs connaissances de l’Afrique, même ceux qui prétendent bien la connaître.  Ne croyez pas que les questions portant sur le sport sont les plus faciles. Ce sont, au contraire, les plus pointues. Messieurs les sportifs devant la télé, tenez-vous-le pour dit. 

54 cases

Le Tour d’Afrique peut se jouer à au moins deux voire six personnes. Rien n’empêche de constituer des équipes et donc d’augmenter le nombre de joueurs.  La règle du jeu est simple.  C’est le plus jeune qui ouvre le bal. Après avoir lancé son dé sur le plateau, il place son pion sur l’une des 54 cases de couleur qui indiquent soit un thème, soit une thématique libre ou invitent à passer son tour. S’il peut jouer, le participant devra répondre à la première question de la carte tirée de la petite boîte thématique correspondant à la couleur de la case où a échoué son pion. Impossible pour un autre joueur de tomber sur la même question, si, par hasard, il tirait la même carte.

Le but : arriver sur le continent

S’il trouve la bonne réponse, le joueur en lice a droit à trois autres déplacements. Gagnant ou perdant, il devra ensuite passer la main au joueur suivant.  Le but du jeu est d’arriver sur le continent, dont l’entrée se fait par trois cases grises. Une fois parvenu en Afrique, le « prodige » en histoire, géographie, arts et/ou sport aura le privilège de choisir son thème. À défaut d’un prix, l’heureux champion peut espérer une salve de bravos des autres joueurs !

Ce jeu éducatif et de détente, qui n’exclut pas les éclats de voix rageurs des mauvais joueurs, donne l’occasion  à chacun des participants de s’amuser tout en s’instruisant dans la convivialité. Et de mettre en veilleuse son smartphone pendant au moins quarante-cinq bonnes minutes. Une gageure !

Un lien fort avec la RDC

Le concepteur de ce jeu est le Belge Geoffroy Fierens. Agé de 34 ans, ce passionné de jeux, gestionnaire immobilier de son métier, a un lien fort avec l’Afrique, en particulier avec  la République démocratique du Congo. « Mon père est né à Lubumbashi où mes grands parents ont vécu. Mon grand-père était professeur d’université et coopérait avec d’autres pays africains. Je me souviens des longues conversations avec mes grands-parents qui me parlaient du Congo. À chacun de ses voyages en Afrique, mon grand-père me montrait sur un atlas les capitales africaines où son travail l’avait conduit et pouvait l’emmener », confie le petit-fils de feu Paul Fierens, membre fondateur de l’Université Officielle du Congo belge et du Ruanda-Urundi, qui deviendra, en octobre1981, l’Université de Lubumbashi, au sein duquel il créa le Centre de Recherche Industrielle en Afrique Centrale (CRIAC) qu’il dirigea de 1965 à 1968.

Quand est venue à Geoffroy l’idée de concevoir ce jeu ? Outre son attachement à l’Afrique, c’est son inscription à un club « Questions pour un champion», qui a créé le déclic. Existe-t-il un « quizz » semblable sur l’Afrique ? Non. Geoffroy se lance alors dans la rédaction d’une liste de questions qu’il soumet à des professionnels. Puis s’adresse à la société Cartamundi, leader mondial de la carte à jouer, localisée près d’Anvers, pour fabriquer 1000 exemplaires du jeu et tester ainsi le marché. Bingo ! Beaucoup mordent à l’hameçon. Une version sur la République démocratique du Congo est en cours de finalisation. Autre challenge en voie d’être relevé : réduire les coûts de fabrication pour exporter le produit en Afrique. 

Un continent mieux représenté dans la galaxie des jeux

Bien évidemment, le Tour d’Afrique devrait attirer en premier lieu les Africains, les Afro-descendants et les diasporas qui seront également ravis de voir leur continent mieux représenté dans la galaxie des jeux et le monde de la culture. Mais les fans d’Afrique, dont certains figureront, n’en doutons pas, dans le peloton de tête des gagnants, seront, eux aussi,  heureux de jouer et de faire découvrir l’Afrique à leurs familles et leurs amis. Une belle vitrine pour un continent mal connu et peu médiatisé.

Lieux de vente et de commande

  • Paris : Librairie l’Harmattan ; Bruxelles : Librairies Filigranes ;
  • Internet : www.letourdafrique.com ;
  • Réseaux sociaux : www.facebook.com/letourdafrique
  • Prix :39.99 €
- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS

Lutte contre le Covid-19… et si la solution venait de la RD Congo ?

Une équipe de chercheurs de la Faculté de médecine de l’Université de Lubumbashi (Unilu- RD Congo) a présenté récemment un protocole qui...

Coronavirus : la RDC, terre du quinquina, au centre des enjeux mondiaux

Face au Covid-19, des traitements associant la chloroquine, produit synthétique inspiré de la formule chimique de la quinine, seraient prometteurs. La RDC...

Kinshasa : 10 000 tonnes de déchets/jour à traiter d’urgence

« Kinshasa, urbanisation et enjeux écologiques durables », tel est le titre de l’ouvrage de Holy Holenu Mangenda, paru en janvier 2020 chez l’Harmattan....

RDC. Alexandre Kayumba, 27 ans, un entrepreneur à succès

Alexandre Kayumba, 27 ans, est à la tête du Groupe Barthélémy Alexandre (GBA) qui comprend des entreprises de plusieurs secteurs d’activité : distribution de carburants,...