24.5 C
Kinshasa
samedi 22 juin 2024
AccueilSecteursInfrastructuresUne nouvelle marina au bord du fleuve Congo à Kinshasa

Une nouvelle marina au bord du fleuve Congo à Kinshasa

La société Majestic River, qui appartient à la famille Hoolans, a frappé un grand coup en construisant une marina au bord du fleuve Congo. Ceux qui comptent effectuer une balade sur ce fleuve fascinant ont ainsi la possibilité de partir de ce site, sur lequel d’autres infrastructures sont encore en construction, pour découvrir une portion du puissant Congo, long de quelque 4 700 kilomètres, dont les méandres, les rapides, les parties non navigables et les mystères suscitent des récits de diverses natures depuis des lustres. La République démocratique du Congo, qui entend jouer à fond la carte du tourisme pour à la fois faire découvrir au reste du monde ses « trésors » cachés et accroître ses recettes, pourrait faire bon usage de ce nouvel atout imaginé par des privés et destiné, entre autres, à attirer davantage de visiteurs dans le pays.

Une nouvelle marina est sortie de terre au bord du fleuve Congo, dans la commune de la Gombe, à Kinshasa. Si toutes les phases de ce projet ambitieux, qui s’inscrit dans le cadre d’un programme d’investissement important, n’ont pas encore été réalisées, la première partie de cet ensemble touristique a néanmoins été livrée. Cette marina fonctionne, sous le nom de Majestic Nautique. Le projet a été conçu par Jean-Claude Hoolans, né à Kisangani, qui travaille avec ses deux fils, Michaël et Ludovc.

Les travaux se poursuivent

Le site de la marina couvre, au total, une superficie d’environ 5 500 m2. Ingénieurs, contremaîtres, ouvriers, maçons et autres s’affairent pour faire émerger les autres infrastructures prévues et respecter les délais de livraison. Le visage de ce secteur de la ville change peu à peu. Kinshasa, une capitale tentaculaire qui s’étale sur près de 10.000 Km2, s’est ainsi enrichie d’une nouvelle attraction touristique.

Les premières infrastructures de la marina ont été ouvertes au public en MAI 2023. Plus de 60 embarcadères ont été mis à la disposition de plaisanciers.

Les premières infrastructures de la marina ont été ouvertes au public en mai 2023. Plus de 60 embarcadères,  dont le nombre sera porté prochainement à 70, ont été mis à la disposition de plaisanciers qui sont tenus de souscrire un abonnement annuel pour y garer leurs bateaux. En outre, la marina dispose d’une station-service qui permet de se ravitailler en carburant sur place. Une série de bateaux de différentes tailles s’offre au regard du visiteur qui arrive dans cet endroit d’où on peut contempler, à distance, la rive droite du fleuve, sur laquelle se trouve Brazzaville, la capitale du Congo voisin. Pirogues de pêcheurs et autres embarcations s’activent également dans cette partie du fleuve durant toute la journée. Le « spectacle » vaut le détour.  Majestic Nautique assure, 24 heures sur 24, la sécurité et l’entretien du site, notamment des pontons, pour répondre aux normes exigeantes mises en place. Une première en RDC !

Vue partielle sur le parking à bateaux du Marina Nautique. ©MDMM

L’Événementiel sur le MR 2

Outre la marina, la société Majestic River a plusieurs autres activités. Elle dispose d’une flotte de 5 bateaux : le Majestic River 1 (MR 1), le Majestic River 2 (MR 2) et trois autres embarcations : l’Amiral, la Waremienne et le Mokaria.  À chaque type de bateaux sont associées des activités spécifiques.

Le MR2, qui est dépourvu de cabines de couchage, a été conçu pour accueillir des événements pendant la journée, à la demande de privés, qui le louent pour un temps donné. Mariages, fêtes d’anniversaire, réunions d’affaires, avec buffets, orchestres et autres animations… Tout semble avoir été fait pour que les usagers gardent des souvenirs impérissables de tout événement organisé à bord.  Quand il n’est pas utilisé pour des évènements, le bateau, amarré à quai, fait office de simple restaurant.

Tous les jours, sauf le lundi, la société peut également, en fonction des demandes de privés, organiser des randonnées fluviales sur le fleuve Congo, d’une durée de deux à quatre heures.

Tous les jours, sauf le lundi (jour de fermeture), la société peut également organiser, en fonction des demandes de privés, des randonnées fluviales sur le fleuve Congo, d’une durée de deux à quatre heures, sur le MR2. L’embarquement a généralement lieu entre 11,30 heures et 12 heures. Les services (buffets, musique, etc.) sont les mêmes que ceux proposés pour l’événementiel. Traditionnellement, les passagers quittent le port de la Gombe pour se rendre à Kinkole. Ancien village de pêcheurs et connu pour ses bars et terrasses où on peut déguster du poisson fraichement pêché dans le fleuve, Kinkole est un quartier de la commune de la Nsele, située dans l’est de la capitale.

Pour effectuer une balade sur le deuxième fleuve du monde en termes de débit et admirer sa puissance et par-ci, par-là ses sinuosités, tout adulte débourse 120 dollars. Pour les enfants, le tarif est divisé par deux. Il inclut la restauration à bord. Les passagers ont droit à un buffet concocté par une équipe de professionnels expérimentés.

Des randonnées plus courtes sont également organisées à bord des autres embarcations, comme l’Amiral ou la Waremienne.

Le MR1, pour les croisières longue distance 

Majestic River prévoit de réactiver un projet, qui consiste à organiser des croisières fluviales longue distance à bord du MR1. Ce bateau luxueux, qui peut accueillir, en même temps, une vingtaine de personnes, dispose de tout ce qu’il faut pour effectuer de longs déplacements. Sa configuration est spécifique : à la différence du MR2, il comprend 14 cabines, un bar, un restaurant, qui propose une gamme variée de spécialités culinaires, une terrasse et une salle où le passager pourra se livrer à diverses activités. Cette salle, qui fait office de salle de séjour, permet aux voyageurs de converser et peut-être d’enrichir leurs carnets d’adresses.

Au départ de Kinshasa, le MR 1 peut se rendre à Kisangani, le chef-lieu de la province de la Tshopo, dans le nord-est du pays, via Mbandaka. Ce long voyage dure, selon les conditions météorologiques, une à deux semaines. La distance qui sépare les deux villes, Kinshasa et Kisangani, est d’environ 1700 km.

Au départ de Kinshasa, le MR 1 peut se rendre à Kisangani, le chef-lieu de la province de la Tshopo, située dans le nord-est du pays, via Mbandaka.

Lire aussi : Le fleuve Congo : un voyage de 4700 km dans l’espace et dans le temps. https://www.makanisi.org/fleuve-congo-un-voyage-de-4700-km-dans-lespace-et-dans-le-temps/

Pour une telle croisière, l’embarquement est matinal : vers 5 heures du matin environ. La navigation s’effectue avant la tombée de la nuit, en conformité avec la réglementation en vigueur. Le fleuve, qui fait parfois des siennes, peut compliquer la tâche du personnel navigant. La décrue, par moments, de ses eaux fait apparaître des bancs de sable au milieu desquels on est appelé à jongler avec beaucoup de prudence.

Un bateau bien équipé

Les instruments de navigation utilisés par Majestic River sont modernes et performants. Le MR 1 est notamment équipé d’échosondeurs. Ce qui permet au commandant de bord et à son équipe de mieux lire la trajectoire. Et en période de crue, les choses sont plus faciles pour le personnel navigant. Les récentes montées des eaux du fleuve, observées en décembre et en janvier dans les deux Congo, ont dû faire l’affaire de Majestic River.  

Le MR1 est doté de cuves de grande dimension qui stockent de l’eau potable et d’un groupe électrogène pour pallier tout problème d’électricité.

Tout a été mis en œuvre pour assurer l’autonomie du bateau en carburant, en eau, en électricité et en vivres tout au long de la croisière. Tout comme le MR2, le MR1 dispose, en effet, de deux groupes électrogènes. Un long voyage sur ce fleuve nécessitant d’importantes provisions d’eau, le MR 1 est équipé de cuves de grande dimension qui stockent de l’eau potable ainsi que d’une centrale de traitement pour potabiliser l’eau prélevée dans le fleuve pendant une croisière.

Les dirigeants de Majestic River sont conscients du fait qu’il s’agit là d’une question de santé publique qu’il faut prendre au sérieux. C’est ainsi qu’un médecin est toujours à bord, prêt à intervenir à tout moment, en cas de nécessité.

À défaut, pour le moment, de pouvoir organiser de longues croisières, le MR1 est utilisé pour des événements. Il peut accueillir alors jusqu’à 80 personnes.

L’autre projet de la société est d’assurer un service de transport fluvial, en particulier d’instaurer des liaisons, via le fleuve, entre Kinshasa et  l’aéroport international de N’djili

Marina – Aéroport international de N’djili

L’autre projet de la société, en cours de finalisation, est d’assurer un service de transport fluvial, en particulier d’instaurer des liaisons, via le fleuve,  entre Kinshasa et  l’aéroport international de N’djili, situé dans la commune de la Nsele.

Ce serait une manière, pour les voyageurs qui y auraient recours, d’éviter les embouteillages monstres qui caractérisent, à certaines heures, le trafic routier dans cette mégapole qu’est Kinshasa. Les ponts construits tout récemment, sous la présidence de Félix Tshisekedi, dans divers quartiers de la ville, ne semblent pas avoir réglé cette équation. Ces sauts-de-mouton ont certes contribué à l’embellissement de Kinshasa, sans toutefois permettre de désengorger, de façon significative, la circulation dans cette ville étendue où, dans une atmosphère de chaos, les professionnels de la route (chauffeurs de taxi, chauffeurs de bus, conducteurs de moto-taxi, livreurs, routiers, etc.) semblent en permanence stressés et enclins à klaxonner à tout-va sur les grands axes sursaturés.

L’organisation d’un transport fluvial privé de qualité sur le fleuve Congo réglerait bien des problèmes de circulation et permettrait aux voyageurs et aux équipages des compagnies aériennes de rejoindre l’aéroport rapidement et sans stress.

Parmi les autres projets de Majestic River figure l’extension de la marina, avec la construction d’un deuxième site, pouvant accueillir 26 plaisanciers. Ce qui porterait à environ 100 le nombre d’emplacements destinés à garer les bateaux de plaisance. Le second projet  est la construction  d’un « Appart-hôtel », à côté du bâtiment qui abrite les locaux administratifs de la société, ainsi que des restaurants,

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS