24.5 C
Kinshasa
samedi 26 novembre 2022
HomeSecteursÉducation-RechercheBookutani et Prix Émilie-Flore Faignond : promouvoir la littérature congolaise

Bookutani et Prix Émilie-Flore Faignond : promouvoir la littérature congolaise

Originaire de la République Démocratique du Congo (RDC), José Mabita Ma Motingiya est installé en Belgique depuis les années 1980. Passionné de culture et de littérature, curieux, il est très actif dans les milieux culturels et artistiques de la diaspora africaine de Belgique. Principal organisateur du Prix Émilie-Flore Faignond, qui récompense un jeune écrivain congolais ou une jeune écrivaine congolaise, il compte également parmi les fondateurs du collectif Bookutani (NDLR : du lingala Kokutana = rencontrer) qui intervient dans la promotion des œuvres des écrivains africains en général et congolais de RDC en particulier.

Propos recueillis par Alfoncine Nyélénga Bouya, romancière originaire du Congo-Brazzaville

Makanisi : Vous êtes l’initiateur principal du Prix Émilie-Flore Faignond : comment vous est venue cette idée ?

José Mabita Ma Motingiya : L’idée était de contribuer à deux choses : encourager la jeune littérature et honorer le travail des ainés, ceux et celles dont le travail est un flambeau de transmission inter générationnel et inter culturel. L’œuvre de l’auteure et poétesse Émilie-Flore Faignond, la dame aux quatre drapeaux et la maman des deux rives du fleuve Congo, s’y prête à merveille.

encourager la jeune littérature et honorer le travail des ainés, ceux et celles dont le travail est un flambeau de transmission inter générationnel et inter culturel.

Où en êtes-vous avec les préparatifs de ce prix ?

Soraya Odia

La première édition spéciale, qui s’est déroulée en 2021, a récompensé une jeune activiste dans le monde de la littérature congolaise, Soraya Odia. Devenue entretemps bibliothécaire à Kinshasa, Soraya Odia participe activement à la promotion de la littérature et de la lecture.

Le Prix Émilie-Flore Faignond (PEFF) est bisannuel depuis 2022. Le 1er octobre prochain sera dévoilé(e) le/la lauréat(e). Le travail du comité de lecture est en cours. L’appel à l’édition 2024 sera ensuite lancé.

Lire aussi : Écrire pour témoigner : les nouvelles plumes de la RDC. https://www.makanisi.org/ecrire-pour-temoigner-les-nouvelles-plumes-de-la-rdc/

Vous animez aussi le groupe Bookutani : pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce groupe ?

Bookutani est un groupe qui s’est développé progressivement au sein du collectif pour la réalisation du Prix Émilie-Flore Faignond. Son champ d’action s’est agrandi au fur et à mesure de la découverte d’un riche paysage, encore très peu exploité à divers niveaux. Ainsi nous participons par exemple à une rediffusion d’une actualité littéraire, nous soutenons modestement des activités telles que des cafés ou des conférences littéraires, nous envoyons des livres en RDC et nous réalisons des brunchs littéraires. Nous organisons, par exemple, le dimanche 12 juin prochain un brunch littéraire ayant pour thème « L’importance de la lecture chez les jeunes ». Un sujet très important qui nous préoccupe. Nous envisageons de réaliser un café littéraire à Bruxelles à partir du mois de septembre. Nos actions sont multiples autour du livre. C’est pourquoi nous lançons continuellement un appel à des soutiens.

Nous participons à une rediffusion d’une actualité littéraire, soutenons modestement certaines activités telles que des cafés ou des conférences littéraires, envoyons des livres en RDC et réalisons des brunchs littéraires.

Quel est le lien entre le groupe Bookutani et la Bibliothèque Congolaise de Belgique ?

Le Prix Émilie-Flore Faignond est le projet phare du collectif Bookutani. D’autres projets que réalise le collectif sont principalement l’émission littéraire Mikanda et la mise en place de la Bibliothèque Congolaise de Belgique. Ce dernier projet souhaite combler le manque d’une véritable bibliothèque congolaise en Belgique, dans un environnement où l’histoire de la RDC et la présence de sa diaspora sont bien marquées. D’autres actions ont été citées précédemment.

Le Prix Émilie-Flore Faignond est le projet phare du collectif Bookutani. D’autres projets que réalise le collectif sont principalement l’émission littéraire Mikanda et la mise en place de la Bibliothèque Congolais de Belgique.

Comptez-vous étendre vos activités littéraires au-delà du cadre rdcongolais ?

Le cadre rdcongolais est important. C’est un socle sur lequel la littérature générale, au sens propre du terme, viendra progressivement se poser, par un premier élargissement à la littérature africaine. Ces littératures ont encore besoin de se développer. L’objectif sera atteint lorsqu’elles seront accessibles, au même titre que toutes les autres, dans les familles, dans les librairies et les bibliothèques belges.

Bookutani n’est pas qu’une association, c’est une philosophie qui cherche à créer des ponts.

Un dernier mot à nos lecteurs…

Si nous mettons actuellement l’accent sur la RDC, c’est d’abord pour faire connaître sa littérature et sa culture. Notre travail s’adresse véritablement à toutes les personnes curieuses de mieux connaître ce pays. Bookutani n’est pas qu’une association, c’est une philosophie qui cherche à créer des ponts. Nous remercions toutes les personnes qui nous suivent et nous soutiennent, et invitons les autres à découvrir nos actions. Et j’en profite pour remercier et encourager toute l’équipe de Bookutani et souhaiter la bienvenue à ceux et celles qui souhaitent nous rejoindre dans cette belle aventure.

Lire aussi : Congo : Un saut à Poto-Poto. https://www.makanisi.org/congo-un-saut-a-poto-poto/

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS