24.5 C
Kinshasa
dimanche 27 novembre 2022
HomeSecteursÉconomie-FinancesLa République démocratique du Congo en chiffres. Édition 2022

La République démocratique du Congo en chiffres. Édition 2022

Plantée au cœur de l’Afrique, à cheval sur l’équateur, la République Démocratique du Congo (RDC), dont les frontières actuelles ont été esquissées lors de la Conférence de Berlin en 1885,  doit son nom au fleuve Congo, qui forme une interminable boucle de 4700 km de long à l’intérieur de son territoire.

Avec ses quelque 2,4 millions de km2, elle représente à elle seule le treizième de l’étendue du continent africain et se classe en deuxième position, après l’Algérie. Le pays ne dispose que d’une ouverture très limitée sur la mer qui correspond à un goulet pris en sandwich entre l’enclave angolaise de Cabinda et le reste de l’Angola.

Ancienne colonie belge, devenue indépendante le 30 juin 1960, la RDC, qui s’est appelée Zaïre de 1971 à 1997, abrite une forêt dense de 113 millions d’hectares, riche en faune et en flore, et dispose de nombreuses richesses minérales très convoitées. Néanmoins, elle figure parmi les pays les plus pauvres de la planète, une situation liée à une mauvaise gouvernance pendant des décennies.  

  • Superficie : 2 345 410 km2
  • Population : 92,378 millions d’habitants (2021)
  • Nombre de femmes : 46,254 millions
  • Densité de population : 39,6 hab/km2
  • Taux de croissance annuelle de la population : 3,1 %
  • Population urbaine : 46 % (2021)
  • Population de 0 à 14 ans : 46 %
  • Population de 65 ans et + : 5,5 %
  • Capitale : Kinshasa (13,743 millions d’habitants)
  • Langue officielle : Français
  • Langues nationales : Lingala, Kikongo, Tshiluba, Swahili
  • Constitution en vigueur : adoptée par référendum les 18 et 19 décembre 2005, promulguée le 18 février 2006 et révisée le 20 janvier 2011.
  • Date de l’indépendance : 30 juin 1960
  • Fête nationale : 30 juin
  • Adhésion à l’ONU : 20 septembre 1960
  • Ratification de l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 22/06/2021
  • Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) : la RDC a été acceptée comme pays candidat à l’ITIE en février 2008 et déclarée pays conforme en juillet 2014. (Sources : BAD, ONU, Banque mondiale)

SYSTÈME POLITIQUE

Institutions politiques
Présidence

Le président de la République, chef de l’État, est élu à la majorité simple des suffrages exprimés, pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. Il nomme le Premier ministre au sein de la majorité parlementaire après consultation de celle-ci. Il met fin à ses fonctions sur présentation par celui-ci de la démission du gouvernement.

Parlement

Le pouvoir législatif est exercé par un Parlement composé de deux Chambres : l’Assemblée nationale (500 sièges) et le Sénat. Les députés nationaux sont élus au suffrage universel direct et secret, pour un mandat de cinq ans. Ils sont rééligibles. Les sénateurs représentent leur province, mais leur mandat est national. Ils sont élus au second degré par les Assemblées provinciales, pour un mandat de cinq ans. Ils sont rééligibles.

Institutions provinciales

Les institutions provinciales sont l’Assemblée provinciale et le Gouvernement provincial.

Les députés provinciaux sont élus au suffrage universel direct et secret ou cooptés pour un mandat de cinq ans, renouvelable. Le nombre de députés provinciaux cooptés ne peut dépasser le dixième des membres qui composent l’Assemblée provinciale.

Le Gouvernement provincial est composé d’un Gouverneur, d’un Vice-Gouverneur et des ministres provinciaux. Le Gouverneur et le Vice-Gouverneur sont élus pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois par les députés provinciaux au sein ou en dehors de l’Assemblée provinciale. Ils sont investis par ordonnance du Président de la République. Les ministres provinciaux dont le nombre ne peut dépasser dix, sont désignés par le Gouverneur au sein ou en dehors de l’Assemblée provinciale. La composition du Gouvernement provincial tient compte de la représentativité provinciale.

Principaux partis politiques 

La RDC compte près de 670 partis politiques dont :

  • Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) créé par Etienne Tshisekedi
  • Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) créé par Joseph Kabila.
  • Mouvement de Libération du Congo (MLC) de Jean-Pierre Bemba
  • Ensemble pour la République de Moise Katumbi
  • Engagement pour la Citoyenneté et le Développement (ECiDé) de Martin Fayulu
  • Union pour la nation  (UNC) créé par Vital Kamerhere
  • Parti lumumbiste unifié (Palu) fondé par Antoine Gizenga
  • Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) de Modeste Bahati Lukwebo

ÉLECTIONS (date et score)

Élection présidentielle 
  • Prochaine présidentielle : fin 2023
  • Précédente présidentielle : 30 Décembre 2018.
  • Résultats : Félix Tshisekedi (coalition UDPS-UNC) : 38,57 % des suffrages exprimés ; Martin Fayulu (coalition Lamuka) : 34,8 % ; Emmanuel Ramazani Shadary (Coalition FCC) : 23,8 %.
Élections législatives  
  • Prochaines élections : fin 2023
  • Précédentes élections : 30 décembre 2018.
  • Résultats : Coalition FCC (PPRD et autres partis) : 341 sièges ; Coalition Lamuka (dont MLC, Palu) : 112 ; Coalition Cap pour le changement (UDPS, UNC) : 47

Présidents de la République depuis l’indépendance

  • Félix Tshisekedi : 25 janvier 2019-en fonction
  • Joseph Kabila : 17 janvier 2001-25 janvier 2019
  • Laurent Désiré Kabila : 17 mai 1997-16 janvier 2001 (assassiné)
  • Joseph Désiré Mobutu : 24 novembre 1965-16 mai 1997 (renversé par LD Kabila)
  • Joseph Kasa Vubu : 30 juin 1960-24 novembre 1965 (renversé par Joseph Désiré Mobutu)
Carte des provinces de la RDC

ORGANISATION TERRITORIALE

La RDC compte 26 provinces. Les provinces comprennent chacune des entités territoriales décentralisées qui sont la ville, la commune, le secteur et la chefferie.

Bas-Uele (chef-lieu : Buta) ; Équateur (chef-lieu : Mbandaka) ; Haut-Katanga (chef-lieu : Lubumbashi) ; Haut-Lomami (chef-lieu : Kamina) ; Haut-Uele (chef-lieu : Isiro) ; Ituri (chef-lieu : Bunia) ; Kasaï (chef-lieu : Tshikapika) ; Kasaï Central (chef-lieu : Kananga) ; Kasaï-Oriental (chef-lieu : Mbuji-Mayi) ; Kinshasa (chef-lieu : Kinshasa) ; Kongo Central (chef-lieu : Matadi) ; Kwango (chef-lieu : Kenge) ; Kwilu (chef-lieu : Bandundu) ; Lomami (chef-lieu : Kabinda) ; Lualaba (chef-lieu : Kolwezi) ; Mai-Ndombe (chef-lieu : Inongo) ; Maniema (chef-lieu : Kindu) ; Mongala  (chef-lieu : Lisala) ; Nord-Kivu (chef-lieu : Goma) ; Nord-Ubangi (chef-lieu : Gbadolite) ; Sankuru (chef-lieu : Lusambo) ; Sud-Kivu (chef-lieu : Bukavu) ; Sud-Ubangi (chef-lieu : Gemena) ; Tanganyika (chef-lieu : Kalemie) ; Tshopo (chef-lieu : Kisangani) ; Tshuapa (chef-lieu : Boende)

Lire aussi : RDC. Découpage administratif et décentralisation, quel bilan six ans après ? https://www.makanisi.org/rdc-decoupage-administratif-et-decentralisation-quel-bilan-six-ans-apres/

ÉCONOMIE ET CLIMAT DES AFFAIRES

Indicateurs économiques et financiers
  • Devise : Franc congolais (CDF ou Fc)
  • PIB nominal : 53,96 milliards $  (2021) ; 59,246 milliards $ (proj. 2022)
  • PIB /habitant : 609 dollars (2021)
  • Croissance du PIB réel : 6,2% (2021) ; 6,4 % (est. 2022) ; 6,7 % (proj. 2023) ;
  • Dette publique extérieure (en % du PIB) : 14,1 % (2020) ; 14,6% (proj. 2021) ; 15,5% (proj. 2022). Sources : FMI, Gouvernement congolais, BCC, Banque mondiale
Principales productions minières
  • Cuivre métal : 1,420 million de tonnes (2019) ; 1,587 Mt (2020) ; 1,798 Mt (2021)
  • Cobalt métal : 77 964 tonnes (2019) ; 85 856 t. (2020) ; 93 010 t. (2021)
  • Diamant : 13,468 millions de carats (2019) ; 12,945 millions de carats (2020) : 12,973 millions de carats (2021)
  • Or brut : 33,713 tonnes (2019) ; 29,596 t. (2020) ; 31,421 t. (2021). Sources : Ministère congolais des mines, Banque centrale du Congo

Lire aussi : Indice de gouvernance des mines : la RDC peut mieux faire. https://www.makanisi.org/indice-de-gouvernance-des-mines-la-rdc-peut-mieux-faire/

Commerce extérieur
  • Exportation de biens et de services (% du PIB) ; 39,5% (est. 2021) ; 44,9% (proj. 2022) ; 45,5% (proj. 2023) ; 45,6 % (proj. 2024)
  • Importation de biens et de services (% du PIB) : 39,2% (est. 2021) ; 42,7% (proj. 2022) ; 42,7% (proj. 2023) ; 42,4% (proj. 2024)
  • Partenaires (% d’export) (2020) : Chine (51 %), Afrique du Sud (14,3 %), UE (1,7 %), Autres (30,4%)
  • Partenaires (% d’import) (2020) : Chine (17%), Afrique du Sud (13,3%), UE (10,1 %), Autres (54,6%). Sources : FMI, Banque mondiale, BCC
Relations avec le Fonds monétaire international

Signature d’un accord triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) d’un montant équivalent à 1.066 millions de DTS (100% de la quote-part), soit environ 1,52 milliard de dollars. L’accord soutient le programme de réformes à moyen terme des autorités visant à maintenir la stabilité macroéconomique, à accroître la marge de manœuvre budgétaire et à promouvoir une croissance économique durable et menée par le secteur privé : 15 juillet 2021. Source : FMI

Doing Business

2020 : 36,2 (note facilité de faire des affaires) ; 3 réformes ; 183ème rang mondial (sur 190) ; 49ème rang en Afrique (sur 54)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires. Source : Banque mondiale

Indice de liberté économique
  • 2021 : 49 (score) ; 165ème rang mondial ; 43ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne
  • 2022 : 47,6 (score) ; 160ème rang mondial ; 40ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne

Publié par le think tank américain « The Heritage Foundation », l’indice de liberté économique, édition 2022, couvre 184 pays. Il évalue l’étendue et l’efficacité de l’activité gouvernementale dans 12 domaines connus pour avoir un impact significatif sur les niveaux de croissance économique et de prospérité. Il mesure la liberté économique sur la base de 12 facteurs quantitatifs et qualitatifs, regroupés en quatre grandes catégories, ou piliers, de liberté économique : État de droit ; Taille du gouvernement ; Efficacité de la réglementation ; Ouverture des marchés. Chacune des douze libertés est notée sur une échelle de 0 à 100. Le score global d’un pays est obtenu en faisant la moyenne des douze libertés, un poids égal étant accordé à chacune d’entre elles. Source : The Heritage Foundation

DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET HUMAIN

Indicateurs sociaux
  • Espérance de vie à la naissance (années. Total/F/H) : 61 / 59,5 / 56,7
  • Taux de fécondité (naissances vivantes par femme) : 6,4
  • Taux de mortalité infantile – 5 ans pour 1000 naissances (Total/F/G) : 81 / 75/ 87 (2020)
  • Taux brut de scolarisation primaire (filles/garçons) : 107,6 / 108,4
  • Taux d’alphabétisation des 15 ans et + (total/H/F) : 77 / 88,5 / 66,5
  • Accès à l’électricité : 19,1 % ; en zone urbaine : 40,7% (2020)
  • Nombre d’abonnés à la téléphonie mobile : 45,55 pour 100 habitants
  • Utilisateurs d’internet : 14 % (2020). Sources : BAD. PNUD. Banque mondiale
Port de Banana (Kongo Central) en 2008 @MDMM
Indice de développement humain (IDH)
  • IDH 2019 : 0,459 ; 179ème rang mondial sur 189 ; 43ème rang en Afrique (sur 53 pays)
  • IDH 2020 : 0,480 ; 175ème rang mondial sur 189 ;  

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans. En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays.

L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), ceux ayant un IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un faible IDH (0,513). Source : PNUD

Lire aussi : RDC, l’ombre de Patrice Émery Lumumba plane sur la fête de l’indépendance. https://www.makanisi.org/rdc-lombre-de-lumumba-plane-sur-la-fete-de-lindependance/

GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE

Indice de Perception de la Corruption (IPC) 
  • 2019 : 18 (score) ; 168ème rang mondial
  • 2020 : 18 (score) ; 170ème rang mondial ; 49ème rang en Afrique (sur 54)
  • 2021 : 19 (score) ; 169ème rang mondial

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)
  • 2018 : 32,1 (score) : 47ème rang sur 54
  • 2020 : 31,7 (score) : 49ème rang sur 54

L’IIAG évalue l’état et les tendances de la gouvernance des 54 États africains, à travers quatre grandes dimensions : Sécurité et état de droit, Participation, Droits et inclusion, Fondements des opportunités économiques; Développement humain. Il présente également une mouture rénovée de l’indice, au travers notamment de trois améliorations significatives : une extension du spectre de la gouvernance, incluant de nouveaux domaines comme l’environnement ou la gestion des inégalités ; des indicateurs renforcés grâce à l’amélioration de la disponibilité des données ; et une nouvelle section entièrement dédiée aux Voix des citoyens africains. Source :Fondation Mo Ibrahim

Index de l’émergence en Afrique
  • 2019 : 34.6 (score) ; 49ème rang sur 54
  • 2021 : 33,0 (score) ; 50ème rang sur 54

Mis au point par le Giersa, l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA)

Indice de démocratie
  • 2020 : 1,13 ; 166ème rang sur 167 ; 44ème rang en Afrique
  • 2021 : 1,40 ; 164ème rang sur 167 ; 44ème rang en Afrique

L’indice de démocratie a été créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist. Il permet d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations Unies. Calculé à partir de 60 critères différents, l’indice répartit les pays étudiés en 4 différents types de régime (démocraties : indice entre 8 et 10 ; démocraties imparfaites ; indice entre 6 et 8 ; régimes hybrides : indice entre 4 et 6 ; régimes autoritaires : indice inférieur à 4). Source : Economist Intelligence Unit (EIU)

Indice de Liberté de la presse
  • 2021 : 51,41 (score)  ; 149ème rang sur 180
  • 2022 : 47,66 (score)  ; 125ème rang sur 180

Le score de chaque pays dépend de cinq indicateurs contextuels, qui permettent de comprendre la liberté de la presse sur un territoire dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.  Il varie de 0 à 100. Un haut degré de liberté de la presse est associé à un score élevé, et inversement. Source : Reporters sans frontière (RSF)

Vue de Kinshasa, Commune de la Gombe @MDMM

ENVIRONNEMENT

  • Surface forestière : 55,6 % du territoire
  • Zones protégées : 13,8 % du territoire (2021)
  • Parcs nationaux : parc national des Virunga ; parc national de la Garamba ; parc national de Kahuzi-Biega ; parc marin des Mangroves ; parc national de la Salonga ; parc national de la Maiko ; parc national d’Upemba et de Kundelungu ; parc national de la Lomami ;
Indice de performance environnement (IPE)
  • 2020 : 36,4 (score) ; 125ème rang sur 180 ; 13ème rang en Afrique (sur 51 pays)
  • 2022 : 36,9 (score) ; 119ème rang sur 180 ; 20ème rang en Afrique (sur 51 pays)

L’Indice de performance environnement (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et de Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. Il vise à comparer les performances environnementales des pays et ainsi à contribuer à l’amélioration de leurs politiques de protection des écosystèmes et de la santé humaine. Depuis 2020, l’IPE classe 180 pays (dont 51 africains) sur la base de 32 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau… Source : Université de Yale  

Indice de résilience climatique (IRC)

2021 : 22 (score) : 132ème rang sur 180 ; 39ème rang sur 53 pays d’Afrique

L’indice de résilience climatique est établi à partir de plus de 900 indicateurs, dont des données mesurant le PIB, les facteurs clés de la vulnérabilité climatique ainsi que la capacité des pays à attirer des financements climatiques et à mettre en œuvre des projets d’adaptation. Il existe trois catégories de résilience : résilience élevée (scores de 60 ou plus sur une échelle de 100 points), résilience moyenne (scores de 45 à 59,9) et résilience faible (scores de 44,9 ou moins). Source : Henley & Partners

Lire aussi : RDC. Mise en lumière du patrimoine artistique du Sud-Ouest congolais. https://www.makanisi.org/rdc-mise-en-lumiere-du-patrimoine-artistique-du-sud-ouest-congolais/

CYBERSÉCURITÉ

Index de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 5,3 (score sur 100) ; 170ème rang mondial sur 182 ; 40ème rang sur 54 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; mesures coopératives (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : UIT (Union internationale des Télécommunications)

PUISSANCE MILITAIRE

Classement Global Fire Power (GFP) 
  • 2021 : 81ème rang mondial sur 140 ; 11 ème rang en Afrique (sur 36)
  • 2022 : 76ème rang mondial sur 142 ; 11 ème rang en Afrique (sur 36)

Depuis 2006, GlobalFirepower (GFP) fournit des données concernant 142 puissances militaires modernes. Le classement GFP est basé sur la capacité potentielle de chaque nation à faire la guerre sur terre, sur mer et dans les airs par des moyens conventionnels. Les résultats intègrent des valeurs liées à la main-d’œuvre, à l’équipement, aux ressources naturelles, aux finances et à la géographie. Le GFP se base sur cinquante critères, dont le nombre de militaires actifs, la force navale, la disponibilité du carburant pour les opérations militaires, le nombre d’avions de chasse, le budget consacré à la défense, la flexibilité logistique, etc. Un score parfait (jamais atteint) est égal à 0,000. Source : Global Fire Power

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS