24.5 C
Kinshasa
mardi 7 février 2023
HomeSecteursAgriculture-Élevage-PêcheLa république du Congo en chiffres. Édition 2023

La république du Congo en chiffres. Édition 2023

Située en Afrique centrale, la république du Congo tire son nom du royaume du Kongo qui domina pendant six siècles la région. Elle étale ses 342 000 km2 de part et d’autre de l’équateur et se déploie sur plus de 1200 km, selon une direction nord-est/sud-ouest. Elle est bordée à l’ouest par le Gabon, au nord par le Cameroun et la République centrafricaine, à l’est par la République démocratique du Congo, au sud-ouest, par l’Angola (Cabinda) et l’océan Atlantique.

Près des deux-tiers du territoire sont recouverts de forêts denses et sillonnés de cours d’eau. Sur la façade est du pays, le fleuve Congo et l’Oubangui font quasiment office de frontières naturelles avec la RDC.

Grâce à sa forêt et à ses tourbières, le Congo est un puits de carbone important pour la planète. En termes nets, il absorbe environ 1,5 % des émissions annuelles mondiales de carbone. Mais, son économie qui repose en grande partie sur les hydrocarbures (pétrole et gaz), dont la demande mondiale va progressivement décroître,  manque de diversification.  Face aux défis qui l’attendent dans le cadre de la transition énergétique, le Congo devra redoubler d’efforts pour compenser la perte de recettes pétrolières et assurer de bonnes conditions de vie et des revenus décents à la population.

  • Superficie : 342 000 km2
  • Population (2019) : 5,6 millions d’habitants
  • Proportion de femmes : 50,1%
  • Densité de population : 16,3 hab/km2
  • Taux de croissance annuel de la population : 2,8 %
  • Population urbaine : 66,1 %
  • Population de 0 à 14 ans : 41,5 %
  • Population de 15 ans à 64 ans : 55,77 %
  • Population de 65 ans et + : 2,7 % Source : ONU, BAD
Drapeau de la république du Congo
  • Capitale : Brazzaville
  • Langue officielle : Français
  • Langues nationales : Lingala, Kituba
  • Constitution en vigueur : adoptée par référendum le 25 octobre 2015
  • Proclamation de la République du Congo, avec statut d’État membre de la Communauté française : 28 novembre 1958
  • Accession à l’indépendance : 15 août 1960
  • Fête nationale : 15 août
  • Date d’adhésion à l’ONU : 20 septembre 1960
  • Appartenance à des regroupements économiques régionaux : Communauté Économique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC) et Communauté Économique des États d’Afrique Centrale (CEEAC)
  • Date de ratification à l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 7 février 2019 (Décret n° 2019-32 du 7 février 2019 – Loi n° 2-2019 du 7 février 2019)

SYSTÈME POLITIQUE

Institutions

Président

Le Président de la République est le Chef de l’État. Il est garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de l’unité nationale, du respect de la Constitution et des traités et accords internationaux. Il détermine la politique étrangère et de défense de la Nation.

Le Président de la République est garant du fonctionnement régulier des pouvoirs publics et de la continuité de l’État (article 64 – Constitution).

Le président de la République, chef de l’État, est élu pour un mandat de cinq (5) ans renouvelable deux (2) fois (article 65). Le Président de la République est élu au suffrage universel direct, au scrutin uninominal, à la majorité absolue des suffrages exprimés. Si celle-ci n’est pas obtenue au premier tour du scrutin, il est procédé, vingt et un (21) jours après la proclamation des résultats par la Cour constitutionnelle, à un second tour (article 67).

Parlement

Le Parlement est composé de deux chambres : l’Assemblée nationale et le Sénat. Il exerce le pouvoir législatif et contrôle l’action du Gouvernement

Assemblée nationale : Les membres de l’Assemblée nationale portent le titre de député. Ils sont élus au suffrage universel direct. Chaque député élu dans une circonscription électorale est le représentant de la Nation toute entière. La durée du mandat des députés est de cinq ans, renouvelable.

Sénat : Les membres du Sénat portent le titre de sénateur. Ils sont élus au suffrage universel indirect par les conseillers départementaux et municipaux. Les sénateurs représentent les collectivités locales de la République. Le Sénat exerce, outre sa fonction législative, celle de modérateur et de conseil de la Nation. La durée du mandat des sénateurs est de six (6) ans, renouvelable.

Principaux partis politiques
  • Parti congolais du travail (PCT)
  • Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki)
  • Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS)
  • Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (MCDDI) 
  • Mouvement pour l’action et le renouveau (MAR)
  • Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (RDPS)
  • Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD)
  • Dynamique républicaine pour le développement (DRD)
  • Alliance pour la république et la démocratie (ARD)
  • Parti républicain et libéral (PRL)
  • Club 2002-PUR (Parti pour l’unité et la République)

ÉLECTIONS (dates et scores)

Depuis 2021, les Forces de défense et de sécurité votent par anticipation, quelques jours avant le reste du corps électoral congolais.

Élection présidentielle
  • Prochaine présidentielle : mars 2026
  • Précédente présidentielle : 17 et 21 mars 2021. Résultats officiels (décision n° 003 du 6 avril 2021. Cour constitutionnelle) : Denis Sassou N’Guesso : 88,40% des suffrages exprimés ; Guy Brice Parfait Kolelas : 7,96% ; Mathias Dzon : 1,92% ; Joseph Kignoumbi-Kia-Mboungou : 0,62% ; Dave Huphrem Mafoula : 0,52% ; Albert Oniangué : 0,40% ; Anguios Nganguia Engambe : 0,18%
Élection législative
  • Prochaine législative : 2027
  • Précédente élection législative : 4 et 10 juillet 2022 (1er tour)  et 26 et 31 juillet 2022 (2ème tour). Assemblée nationale : 151 sièges dont PCT : 112 ; UDH-Yuki : 7 ; MAR : 4 ; RDPS : 2 ; Club 2002-PUR : 2 ; DRD : 2 ; PRL : 2

Présidents de la République depuis l’indépendance

République du Congo (1992-)

  • Denis Sassou N’Guesso : 16 avril 2021- en fonction
  • Denis Sassou N’Guesso : 16 avril 2016 – 16 avril 2021
  • Denis Sassou N’Guesso : 11 avril 2009 – 16 avril 2016
  • Denis Sassou N’Guesso : 14 août 2002 – 11 avril 2009

Période de transition (Gouvernement d’Union nationale et de Salut public)

  • Denis Sassou N’Guesso : 25 octobre 1997 (investi président) – août 2002
  • Pascal Lissouba : 31 août 1992 – 15 octobre 1997

République populaire du Congo (1969-1992)

Denis Sassou N’Guesso : mars 1979 – 30 août 1992 (élu président du PCT, il devient de fait chef de l’État)        

Comité militaire du Parti (CMP)

Joachim Yhombi-Opango : 3 avril 1977 – 5 février 1979

Conseil national de la révolution (CNR)

Marien Ngouabi : 7 janvier 1969 – 18 mars 1977 (assassiné)

République du Congo (1960-1969)

  • Alfred Raoul : 7 septembre 1968 – 31 décembre 1968 (Chef d’État par interim)
  • Alphonse Massamba-Débat : 19 décembre 1963 – 2 août 1968
  • Fulbert Youlou : 21 novembre 1959 – 26 mars 1961 – 15 août 1963.

À (re)lire Congo-B : victoire écrasante du PCT aux législatives. https://www.makanisi.org/congo-b-victoire-ecrasante-du-pct-aux-legislatives/

ORGANISATION TERRITORIALE

Les collectivités locales de la République du Congo sont le département et la commune. Elles s’administrent librement par des conseils élus et dans les conditions prévues par la loi, notamment en ce qui concerne leurs compétences et leurs ressources. En plus de leurs ressources propres, l’État leur alloue, chaque année, une contribution de développement.

Départements (Chef-lieu)
Carte administrative du Congo
  • Bouenza (Madingou) ;
  • Brazzaville (Brazzaville) ;
  • Cuvette (Owando) ;
  • Cuvette-Ouest (Ewo) ;
  • Kouilou (Loango) ;
  • Lékoumou (Sibiti) ;
  • Likouala (Impfondo) ;
  • Niari (Dolisie) ;
  • Plateaux (Gamboma) ;
  • Pointe Noire (Pointe Noire) ;
  • Pool (Kinkala) ;
  • Sangha (Ouesso).

ÉCONOMIE ET FINANCES

Indicateurs économiques et financiers
  • Devise : Franc CFA (XAF)
  • PIB nominal (en milliards de F CFA): 5 937 milliards FCFA (est. 2020) ; 7006 milliards FCFA (prel. 2021) ; 8755 milliards FCFA (proj. 2022) ; 9184 milliards FCA (proj. 2023) ; 9277 milliards FCA (proj. 2024) 
  • PIB nominal (en milliards de dollars) :  10,330 Md$ (est. 2020) ; 12,641 Md$ (prel. 2021) ; 14,989 Md$ (proj. 2022) ; 15,243 Md$ (proj. 2023) ; 16,174 Md$ (proj. 2024) 
  • Croissance du PIB réel : -8,1% (est. 2020)  ; -0,6% (prel. 2021) ; 4,3 % (proj. 2022) ; 4,6 % (proj. 2023) ; 7,1 % (proj. 2024) 
  • RNB (revenu national brut)/habitant : 1732 $ (proj. 2020)
  • Dette publique extérieure (en % du PIB) : 66,3 % (est. 2020) ; 59,1 % (prel. 2021) ; 42,9 % (proj. 2022) ; 38,7 % (proj. 2023) ; 34,3% (proj. 2024). Sources : FMI
Commerce extérieur
  • Exportation Fob (variation en %) : -36,2%  (est. 2020) ; 42,4 % (prel. 2021) ; 47,7% (proj. 2022) ; – 6,8% (proj. 2023) ; 2,1% (proj. 2024) 
  • Importation Fob (variation en %): -25,3%  (est. 2020) ; 12,1% (prel. 2021) ; 43,6% (proj. 2022) ; 8,5% (proj. 2023) ; 6,8% (proj. 2024). Source : FMI
Principales productions exportées
  • Pétrole (millions de barils) : 112 M barils (est. 2020) ; 100 M barils (prel. 2021) ; 106 M barils (proj. 2022) ; 112 M barils (proj. 2023) ; 125 M barils (proj. 2024) ;
  • Bois : 2 249 200 m3 (2020) ;
  • Mines : Cathodes de cuivre, or ;
  • Sucre Source : FMI, BEAC
Relations avec le Fonds monétaire international (FMI)

Le Congo est devenu membre du FMI le 10 juillet 1963

Approbation par le conseil d’administration du FMI d’un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC), d’un montant de 455 millions de dollars destiné àaider le pays à préserver sa stabilité macroéconomique et à favoriser la reprise économique dans le contexte de la pandémie, notamment en catalysant le soutien financier d’autres donateurs officiels : 27 janvier 2022. Source : FMI

Approbation par le conseil d’administration du FMI d’un accord triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), d’un montant de 324 millions de DTS (448,6 millions de dollars, 200 % de la quote-part) à l’appui du programme de réformes économiques et financières du Congo : 11 juillet 2019. Source : FMI

CLIMAT DES AFFAIRES

Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE

En juin 2004, la République du Congo a officiellement adhéré à l’ITIE. En février 2008, le Congo a été admis comme pays candidat. En février 2013, le Conseil d’administration International de l’ITIE a déclaré la République du Congo conforme à l’ITIE. Le Congo est ainsi devenu « pays membre de l’ITIE ».

Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP)

En juin 2018, la République du Congo est devenue le 15ème membre de l’OPEP et le 7ème pays africain à rejoindre l’Organisation.

Doing Business

2020 : 39,5 (note sur facilité de faire des affaires) ; 180ème rang mondial (sur 190) ; 47ème rang en Afrique (sur 54 pays)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires.Source : Banque mondiale

Indice de liberté économique
  • 2021 : 50,7 (score) ; 156ème rang sur 184 ; 37ème rang sur 47 pays (Afrique sub-saharienne)
  • 2022 : 48,5 (score) ; 155ème rang sur 184 ; 37ème rang sur 47 pays (Afrique sub-saharienne)

Publié par le think tank américain « The Heritage Foundation », l’indice de liberté économique couvre 184 pays. La liberté économique y est définie comme l’absence de toute capacité de coercition ou de contrainte de la part du gouvernement sur la production, la distribution ou la consommation de marchandises et de services au-delà de ce qui est nécessaire pour protéger et maintenir la liberté des citoyens. Elle est mesurée à travers une multitude d’indicateurs répartis en quatre catégories, divisées en douze sous-catégories : État de droit ; Taille du gouvernement ; Efficacité réglementaire ; Ouverture des marchés. Cinq catégories de pays. Source : The Heritage Foundation

À (re)lire Unicongo : un nouvel élan sous la présidence de Michel Djombo ? https://www.makanisi.org/unicongo-un-nouvel-elan-sous-la-presidence-de-michel-djombo/

DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET HUMAIN

Indicateurs sociaux
  • Espérance de vie à la naissance (nombre d’années) : 64,3 (2019)
  • Taux de fécondité (naissances par femme) : 4,8
  • Taux brut de natalité : 36 ‰
  • Taux brut de mortalité des moins de 5 ans : 45 ‰
  • Taux de mortalité infantile : 33,2
  • Scolarisation dans le primaire: 842 /1000
  • Scolarisation dans le secondaire : 525/1000
  • Taux d’alphabétisation des 15 ans et + (total/H/F) : 79,3 / 86,4 / 72,9
  • Accès de la population à l’électricité : 45 % (Brazzaville et Pointe-Noire) ; 15 % (villes secondaires) ; 5% (autres localités)
  • Accès à l’eau potable : 66% (milieu urbain), 47 % (zone rurale).
  • Nombre d’abonnés à la téléphonie mobile : 5,9 millions (2021)
  • Taux de pénétration de l’internet mobile : 57,8% Sources : BAD. UNICEF. ARPCE
Indice de développement humain (IDH)
  • IDH 2020 :  0,574 ; 149ème rang mondial  (sur 189)
  • IDH 2021 :  0,571 ; 153ème rang mondial  (sur 189) ; 21ème rang en Afrique sur 53 pays

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans.  En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second élément concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays.

L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), les pays ayant on IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un IDH faible (0,513). Source : PNUD

GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE

Indice de Perception de la Corruption (IPC)

2021 : 21 (note) ; 162ème rang mondial (sur 180) ; 44ème rang en Afrique (sur 54 pays)

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)

2020 : 36,1 (score) ; 45ème rang sur 54

Les composantes clés qui constituent les quatre catégories de l’IIAG sont : Sécurité et État de droit, Participation et Droits humains, Développement économique durable et Développement humain. Chacune de ces catégories se décline en sous-catégories sous lesquelles sont regroupés divers indicateurs qui fournissent des mesures quantifiables des dimensions fondamentales de la gouvernance. Source :Fondation Mo Ibrahim

Index de l’émergence en Afrique
  • 2019 : 43,4 (moyenne globale) ; 38ème rang sur 54
  • 2021 : 41,6 (moyenne globale) ; 40 ème rang sur 54

Mis au point par le Giersa, l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA)

Indice de démocratie
  • 2020 : 3,11 (score global)  ; 129ème rang sur 167 ; 30ème rang en Afrique
  • 2021 : 2,79 (score global)  ; 137ème rang sur 167 ; 34ème rang en Afrique

L’indice de démocratie a été créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist. Il permet d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations Unies. Calculé à partir de 60 critères différents, l’indice répartit les pays étudiés en 4 différents types de régime (démocraties : indice entre 8 et 10 ; démocraties imparfaites ; indice entre 6 et 8 ; régimes hybrides : indice entre 4 et 6 ; régimes autoritaires : indice inférieur à 4). Source : Economist Intelligence Unit (EIU)

Indice de Liberté de la presse
  • 2021 : 61,17 (score) ; 118ème rang sur 180
  • 2022 : 58,64 (score) ; 93ème rang sur 180

Le score de chaque pays dépend de cinq indicateurs contextuels, qui permettent de comprendre la liberté de la presse sur un territoire dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.  Il varie de 0 à 100. Un haut degré de liberté de la presse est associé à un score élevé, et inversement. Source : RSF

ENVIRONNEMENT

Indice de performance environnementale (IPE)
  • 2020 : 30,8 (score) ; 152ème  rang mondial (sur 180) :26ème rang en Afrique (sur 46 pays)
  • 2022 : 40,1 (score) ; 99ème  rang mondial (sur 180) :16ème rang en Afrique (sur 51 pays)

L’Indice de performance environnement (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. Il vise à comparer les performances environnementales des pays et ainsi à contribuer à l’amélioration de leurs politiques de protection des écosystèmes et de la santé humaine.

L’IPE classe 180 pays (dont 51 africains) sur la base de 32 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau… Source : Université de Yale 

Indice de résilience climatique (IRC)

2021 : 24 (score) ; 125ème rang sur 180 ; 33ème rang sur 53 pays d’Afrique

L’indice de résilience climatique est établi à partir de plus de 900 indicateurs, dont des données mesurant le PIB, les facteurs clés de la vulnérabilité climatique ainsi que la capacité des pays à attirer des financements climatiques et à mettre en œuvre des projets d’adaptation. Il existe trois catégories de résilience : résilience élevée (scores de 60 ou plus sur une échelle de 100 points), résilience moyenne (scores de 45 à 59,9) et résilience faible (scores de 44,9 ou moins). Source : Henley & Partners

Empreinte carbone

Émission de CO2 2019 : 1,3 tonne métrique par habitant (moyenne monde : 5 t/hab). Source : Banque mondiale

À (re)lire Congo-B. Sur les traces des dernières reliques de la forêt primaire à Dolisie. https://www.makanisi.org/congo-b-sur-les-traces-des-dernieres-reliques-de-la-foret-primaire-a-dolisie/

CYBERSÉCURITÉ

Index de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 14,72 (score sur 100) ; 143ème rang mondial sur 182 ; 29ème rang sur 43 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; Mesures coopératives (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : Union internationale des Télécommunications (UIT)

PUISSANCE MILITAIRE

Classement Global Fire Power (GFP)
  • 2022 : 3.1759 (score) ; 117ème rang mondial (sur 142) ; 27 ème rang en Afrique (sur 35)
  • 2023 : 2.6648 (score) ; 122ème rang mondial (sur 145) ; 

Pour déterminer le score PowerIndex d’une nation, le classement global de la puissance de feu (GFP) utilise plus de 60 facteurs, avec des catégories allant de la quantité d’unités militaires (nombre de militaires actifs, force aérienne, force navale, nombre d’avions de chasse, etc.) et de la situation financière (budget consacré à la défense…) aux capacités logistiques (disponibilité du carburant pour les opérations militaires, flexibilité logistique) et à la géographie. Source : Global Fire Power

INDICATEUR DE PAIX

Global Peace Index (GPI)

2022 : 2,184 (Score) ; 111ème rang sur 163 ; 23ème rang sur 44 pays africains

Produit par l’Institute for Economics and Peace (IEP), un think tank indépendant basé à Sydney, en Australie, le Global Peace Index (GPI) mesure l’état de la paix dans 163 pays du monde,  couvrant 99,7 % de la population mondiale. Le GPI  s’appuie sur 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs qui mesurent l’état de la paix dans chaque pays à travers trois domaines clés : ampleur du conflit national et international en cours  (pacifisme et implication ou non dans des conflits internationaux) ;  sûreté et sécurité (taux de criminalité, terrorisme, manifestations violentes,…) ; militarisation (dépenses militaires/PIB, effectifs des forces armées pour 100 000 habitants, volume d’armes conventionnelles importées et exportées…). Pour chacun des indicateurs est accordé un score et plus un pays est pacifique, plus son score est proche de 1. A contrario, plus il est considéré comme violent, plus son score est élevé. Source : Institute for Economics and Peace

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS