24.5 C
Kinshasa
dimanche 27 novembre 2022
HomePaysCentrafriqueLa République centrafricaine en chiffres. Édition 2022

La République centrafricaine en chiffres. Édition 2022

Située au cœur du continent africain, la République centrafricaine (RCA), également appelée Centrafrique, s’étend sur quelque 623 000 km2. Elle est entourée par 6 pays : le Tchad, le Soudan, le Soudan du Sud, la RD Congo, le Congo et le Cameroun. Bien qu’enclavée, sa position en fait toutefois un grand carrefour au sein de l’Afrique.

Ancienne colonie française appelée Oubangui-Chari, la Centrafrique est devenue indépendante en août 1960. Depuis cette date, son histoire politique est très troublée, marquée par des régimes militaires et autoritaires dont celui de Jean-Bedel Bokassa, des soulèvements, des rébellions, des coups d’État et des interventions étrangères.

Au cours des années 2010, des groupes armés et des chefs de guerre ont progressivement pris le contrôle du territoire, vivant de rapines et de la vente illégale des minerais qu’ils exploitent. L’État n’exerce réellement son autorité que dans la partie sud-ouest, sur un tiers du pays.

La Centrafrique dispose d’une variété de matières premières : bois, or, uranium, pétrole et diamant. L’agriculture, la pêche et l’élevage occupent une grande partie de la population. Malgré ce potentiel, la population est très pauvre, les infrastructures sont insuffisantes et en très mauvais état. L’accès à l’éducation et à la santé est limité dans les zones occupées.

Drapeau de la République centrafricaine
  • Nom officiel : République centrafricaine
  • Superficie : 623 000 km2
  • Population (est. 2022) : 5,464 millions d’habitants
  • Nombre de femmes : 2,784 millions
  • Densité de population : 9 hab/km2
  • Taux de croissance de la population : 2,5 %
  • Population urbaine : 37,9 %
  • Population de 0 à 14 ans : 43,9 %
  • Population de 65 ans et + : 2,8 %

Source : Institut Centrafricain des Statistiques et des Études Économiques et Sociales (ICASEES)

  • Capitale : Bangui
  • Langues officielles : Français, Sango
  • Langue nationale : Sango
  • Date de l’indépendance :  13 août 1960
  • Fête nationale : 1er décembre
  • Constitution en vigueur : approuvée par référendum le 13 décembre 2015 et promulguée par décret du 30 mars 2016. (VIème république)
  • Date d’adhésion à l’ONU : 20 septembre 1960
  • Date de ratification de l’accord ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine) : 19 mars 2020 (adoption de la loi autorisant la ratification de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF)

SYSTÈME POLITIQUE

Institutions

Président :

Le président de la République est le chef de l’État. Il est le chef du pouvoir exécutif. Il est élu au suffrage universel direct et au scrutin secret, majoritaire à deux tours. La durée de son mandat est de cinq ans, renouvelable une seule fois. En aucun cas, selon l’actuelle Constitution, le Président de la République ne peut exercer plus de deux mandats consécutifs ou le proroger pour quelque motif que ce soit.

Parlement

Le Parlement comprend deux chambres : l’Assemblée Nationale et le Sénat. Il légifère et contrôle l’action du Gouvernement.

Assemblée nationale : les députés sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans. Chaque Député est l’élu de la Nation.  Le mandat du Député ne peut être écourté que par la dissolution de l’Assemblée Nationale. la démission, la radiation ou la déchéance dudit député.

Sénat : les sénateurs sont élus par les représentants élus des Collectivités Territoriales, au suffrage universel indirect, pour une durée de cinq ans. Chaque sénateur est le représentant des Collectivités Territoriales. Le mandat du Sénateur ne peut être écourté que par la démission, la radiation, la déchéance ou le décès.

Collectivités territoriales 

La République Centrafricaine est organisée en Collectivités Territoriales sur la base du principe de décentralisation dans le respect de l’unité nationale.

Les Collectivités Territoriales sont les Communes et les Régions.

Elles s’administrent librement par des organes élus et disposent d’un pouvoir règlementaire pour l’exercice de leurs compétences.

Dans les Collectivités Territoriales de la République, le Représentant de l’État est le représentant de chacun des membres du Gouvernement. Il a la charge des intérêts nationaux, du contrôle administratif et du respect des lois.

Principaux partis politiques 
  • Mouvement cœurs unis (MCU) de Faustin-Archange Touadéra,
  • Union pour le renouveau centrafricain (URCA) de Anicet Georges Dologuél,é
  • Mouvement pour la libération du peuple centrafricain (MLPC) de Martin Ziguélé,
  • Rassemblement démocratique centrafricain (RDC) de Désiré Kolingba,
  • Parti africain pour une transformation radicale et l’intégration des États (Patrie) présidée par Me Crépin Mboli-Goumba,
  • Kwa Na Kwa (KNK), fondé par François Bozizé
  • Kélemba-PDS (K-PDS)
  • Parti national pour un Centrafrique nouveau (PNCN)

ÉLECTIONS (date et score)

Élection présidentielle 

  • Prochaine présidentielle : décembre 2025
  • Précédente présidentielle : 27 décembre 2020. Résultats : Touadéra élu au 1er tour : 53,16 % des suffrages exprimés ; Dologuélé : 21,69 % ; Martin Ziguélé : 7,54 %

Élections législatives

  • Prochaines élections :  2025 et 2026
  • Précédentes élections 27 décembre 2020, 14 mars et 27 mai 2021. Résultats : Assemblée nationale (85 sièges pourvus sur 140 dont MCU: 40 ; KNK : 11 ; URCA : 7 : Indépendants : 27 ;

Lire aussi : Centrafrique : la tension monte après des élections controversées. https://www.makanisi.org/centrafrique-la-tension-monte-apres-des-elections-controversees/

Présidents de la République depuis l’indépendance

6ème République

  • Faustin-Archange Touadéra : 30 mars 2016 – en fonction

5ème République

  • Catherine Samba Panza : 23 janvier 2014 – 30 mars 2016
  • Alexandre-Ferdinand Nguendet : 10 janvier 2014 – 23 janvier 2014
  • Michel Djotodia : 24 mars 2013 – 10 janvier 2014
  • François Bozizé : 11 juin 2005 – 24 mars 2013

4ème République

  • François Bozizé : 15 mars 2003 – 11 juin 2005
  • Ange-Félix Patassé : 14 janvier 1995 – 15 mars 2003

3ème République

  • Ange-Félix Patassé : 22 octobre 1993 – 14 janvier 1995
  • André Kolingba : 21 novembre 1986 – 22 octobre 1993

2ème République

  • André Kolingba : 1er septembre 1981- 21 novembre 1986
  • David Dacko : 20 septembre 1979-1er septembre 1981

Empire centrafricain

  • Bokassa 1er: 4 décembre 1976 – 20 septembre 1979

1er République

  • Jean-Bedel Bokaasa : 1er janvier 1966 –  4 décembre 1976
  • David Dacko : 14 août 1960 – 1er janvier 1966

ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET TERRITORIALE

La République centrafricaine est divisée en 7 régions ; 20 préfectures ; 84 sous-préfectures, 175 communes, plus de 8 500 villages et quartiers.

Loi 21-001 du 21 janvier 2021 relative aux circonscriptions administratives

Région : préfectures / chef-lieu

Région 1 (Plateaux) : Ombella-Mpoko, Lobaye / Boali ; Région 2 (Équateur) : Nana-Mambéré, Mambéré-Kadéi, Sangha-Mbaéré / Berbérati ; Région 3 (Yadé) : Ouham, Ouham-Fafa, Ouham-Pendé, LIM-Pendé / Bossanga ; Région 4 (Kagas) : Kémo, Nana-Gribizi, Ouaka / Sibut  ; Région 5 (Fertit) : Vakaga, Bamingui-Bangoran, Haute-Kotto / Bria ; Région 6 (Haut-Oubangui) : Basse-Kotto, Mbomou, Haut-Mbomou / Bangassou ; Région 7 (Bangui) : Bangui

ÉCONOMIE ET CLIMAT DES AFFAIRES

Indicateurs économiques et financiers
  • Devise : Franc CFA
  • PIB nominal : 2,22 milliards de dollars (2018) ; 2,28 milliards $ (2019) ; 2,37 milliards $ (est. 2020) ; 2,72 milliards $ (est. 2021) ; 2,87 milliards $ (est. 2022)
  • PIB par habitant : 589 dollars (proj. 2022)
  • Croissance du PIB réel : 3,7 % (2018) ; 3,1% (2019) ; 0,8% (est. 2020) ; -0,6% (proj. 2021) ; 3,4% (est. 2022)
  • Dette publique totale (en % du PIB) :50% (2018) ; 47,2% (2019) ; 44,1% (est. 2020) ; 46,4% (proj. 2021) ; 44 % (proj. 2022). Sources : FMI, Banque mondiale

Lire aussi : RCA. Anicet Dologuélé : « Je ne comprends pas l’intérêt de légaliser le Bitcoin ». https://www.makanisi.org/anicet-dologuele-je-ne-comprends-pas-linteret-de-legaliser-le-bitcoin/

Commerce extérieur
  • Exportation de biens et services (% du PIB) : 16,4% (2019) ; 15,7 % (2020) ; 14,6 % (est. 2021) ; 18,3% (est. 2022)
  • Importations de biens et services (% du PIB) : – 35,2% (2019) ; – 35,8% (2020) ; 35,9 % (est. 2021) ; % (est. 2022)
  • Principales exportations : bois, (2/3 des exportations) diamant, coton, café
  • Principales destinations d’exportation (2015-2019) : Chine (23%) ; France (22,1%) ; Union européenne, hors France  (15,2%) ; Asie de l’Est et Pacifique, hors Chine (14,3%) ; Afrique sub-saharienne (10,6%)
  • Partenaires à l’import : France, Cameroun, Belgique. Sources : FMI, Banque mondiale
Relations avec le Fonds monétaire international (FMI)

Approbation par la Direction Générale du FMI d’un Programme de Référence pour la République centrafricaine d’une durée de sept mois (décembre 2021 – juin 2022) pour aider les autorités centrafricaines à faire face aux défis économiques causés par la situation sécuritaire et la pandémie de la Covid-19. Sa mise en œuvre satisfaisante devrait permettre la reprise des discussions dans le cadre d’un programme soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC) à la mi-2022  : 17 décembre 2021. Source : FMI.  

Signature d’un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC), d’un montantde 83,55 millions de DTS (environ 115,1 millions de dollars, 75 % de la quote-part) en appui au programme économique et financier de la RCA. Ce programme vise à préserver la stabilité macroéconomique du pays, à renforcer les capacités de son administration, la gouvernance et le climat des affaires et à répondre aux besoins persistants de financement de sa balance des paiements : 20 décembre 2019. Source : FMI.

ITIE (Initiative pour la transparence dans les industries extractives

La RCA a été déclarée Pays conforme en 2011, puis elle a été suspendue en 2013 et réintégrée en 2021.

Doing Business

2020 : 35,6 (note sur facilité de faire des affaires) ; 1 réforme ; 184ème rang mondial (sur 190) ; 50ème rang en Afrique (sur 54)

Le rapport Doing Business 2020 analyse les réglementations de 190 économies dans 12 domaines afin d’évaluer le climat des affaires à travers le monde. Dix de ces indicateurs sont pris en compte pour attribuer à chaque économie une note sur la facilité de faire des affaires. Source : Banque mondiale

Indice de liberté économique
  • 2021 : 48,8 (score) : 166ème rang mondial ; 44ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne
  • 2022 : 45,7 (score)  168ème rang mondial ; 43ème rang sur 47 pays d’Afrique sub-saharienne (Catégorie : peu de liberté)

Publié par le think tank américain « The Heritage Foundation », l’indice de liberté économique, édition 2022, couvre 184 pays. Il évalue l’étendue et l’efficacité de l’activité gouvernementale dans 12 domaines connus pour avoir un impact significatif sur les niveaux de croissance économique et de prospérité. Il mesure la liberté économique sur la base de 12 facteurs quantitatifs et qualitatifs, regroupés en quatre grandes catégories, ou piliers, de liberté économique : État de droit ; Taille du gouvernement ; Efficacité de la réglementation ; Ouverture des marchés. Chacune des douze libertés est notée sur une échelle de 0 à 100. Le score global d’un pays est obtenu en faisant la moyenne de ces douze libertés économiques, un poids égal étant accordé à chacune d’entre elles. Source : The Heritage Foundation

DÉVELOPPEMENT SOCIAL ET HUMAIN

Indicateurs sociaux
  • Espérance de vie (2020) : 52,8 ans dont Femmes 55,2 ans et Hommes 52,3 ans
  • Nombre d’enfants par femme : 6,4 (2020)
  • Taux de fécondité (naissances vivantes par femme) : 4,65 (2019)
  • Taux brut de natalité (2021) : 43,6 ‰
  • Taux brut de mortalité (2021) : 20,36 ‰
  • Taux de mortalité infantile : 65 ‰
  • Taux brut de scolarisation primaire : 112% dont91,5 (filles) / 120 (garçon)
  • Taux de scolarisation secondaire : 16% (2020)
  • Taux d’alphabétisation des 15 ans et + : 37,4 % dont H : 49,4 % (2018) ; F : 30,4 % (2018)
  • Accès à l’électricité : 14,3 %  (2021)
  • Accès aux sources d’eau améliorées : 58,7% (2018-2019)
  • Nombre d’abonnés à la téléphonie mobile : 33 pour 100 habitants
  • Taux de Pauvreté : 62% dont 49,6% (milieu urbain) et 69,4 (milieu rural). Source : ICASEES,
Indice de développement humain (IDH)

IDH 2020 : 0,232 ; 188ème rang mondial (sur 189)

L’IDH prend en compte le revenu national brut, l’espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des personnes de plus de 15 ans. En 2020, deux nouveaux éléments ont été ajoutés. Le premier prend en compte les volets santé, éducation et niveau de vie. Le second élément concerne les émissions de gaz carbonique et l’empreinte carbone du pays.

L’indice compte quatre catégories : les pays ayant un IDH très élevé (IDH égal 0,898), les pays ayant on IDH élevé (0,753), les pays ayant un IDH moyen (0,631) et les pays ayant un faible (0,513). Source : PNUD

GOUVERNANCE ET DÉMOCRATIE

Indice de Perception de la Corruption (IPC)
  • 2019 : 25 (note IPC) ;153ème rang mondial (sur 180)
  • 2020 : 26 (note IPC) ; 146ème rang mondial (sur 180) ; 37ème rang en Afrique (sur 54)
  • 2021 : 24 (note IPC) ; 154ème rang mondial (sur 180) ;  

L’IPC note 180 pays et territoires selon leurs niveaux perçus de corruption dans le secteur public, en s’appuyant sur 13 évaluations d’experts et enquêtes menées auprès de chefs d’entreprises. Cet indice utilise une échelle de zéro (fortement corrompu) à 100 (très peu corrompu). Source : Transparency International

Indice Ibrahim de la gouvernance africaine (IIAG)
  • 2018 : 29,5 (score) ; 50ème rang sur 54
  • 2020 : 47,4 (score) : 29ème rang sur 54

Les composantes clés qui constituent les quatre catégories de l’IIAG sont : Sécurité et État de droit, Participation et Droits humains, Développement économique durable et Développement humain. Chacune de ces catégories se décline en sous-catégories sous lesquelles sont regroupés divers indicateurs qui fournissent des mesures quantifiables des dimensions fondamentales de la gouvernance. Source :Fondation Mo Ibrahim

Index de l’émergence en Afrique
  • 2017 : 33,3 (moyenne globale) ; 51ème rang sur 54
  • 2019 : 32,2 (moyenne globale) ; 50 ème rang sur 54
  • 2021 : 32,3 (moyenne globale) ; 51 ème rang sur 54

Mis au point par le Giersa, l’index de l’émergence couvre, depuis 2019, cinq dimensions thématiques (politique, économique, développement humain, société, capacités institutionnelles) et retient 25 indicateurs qui fournissent un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Source : Groupe interuniversitaire d’études et de recherches sur les sociétés africaines (GIERSA)

Indice de démocratie
  • 2020 : 1.32 ; (165ème rang sur 167 ; 43ème rang en Afrique)
  • 2021 : 1.43 ; (162ème rang sur 167 ; 43ème rang en Afrique)

L’indice de démocratie a été créé en 2006 par le groupe de presse britannique The Economist. Il permet d’évaluer le niveau de démocratie de 167 pays dont 166 sont des États souverains et 165 sont membres de l’Organisation des Nations Unies. Calculé à partir de 60 critères différents, l’indice répartit les pays étudiés en 4 différents types de régime (démocraties : indice entre 8 et 10 ; démocraties imparfaites ; indice entre 6 et 8 ; régimes hybrides : indice entre 4 et 6 ; régimes autoritaires : indice inférieur à 4). Source : Economist Intelligence Unit (EIU)

Indice de Liberté de la presse
  • 2021 : 58,08 (score)  ; 126ème rang sur 180
  • 2022 : 56,96 (score)  ; 101ème rang sur 180

Le score de chaque pays dépend de cinq indicateurs contextuels, qui permettent de comprendre la liberté de la presse sur un territoire dans sa complexité : contexte politique, cadre légal, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.  Il varie de 0 à 100. Un haut degré de liberté de la presse est associé à un score élevé, et inversement. Source : RSF

Lire aussi : Centrafrique : Bozizé ôte son masque et rejoint la rébellion. https://www.makanisi.org/centrafrique-bozize-ote-son-masque-et-rejoint-la-rebellion/ 

ENVIRONNEMENT

Indice de performance environnement (IPE)
  • 2020 : 36,9 (score) ;124ème    rang mondial (sur 180) ; 12ème rang en Afrique (sur 51 pays)
  • 2022 : 44,9 (score) ; 75ème    rang mondial (sur 180) ; 8ème rang en Afrique (sur 51 pays)

L’Indice de performance environnement (IPE) a été conçu par des chercheurs des universités de Yale et Columbia (États-Unis), en réponse à une demande du Forum Économique Mondial. Il vise à comparer les performances environnementales des pays et ainsi à contribuer à l’amélioration de leurs politiques de protection des écosystèmes et de la santé humaine.

L’édition 2020 de l’IPE classe 180 pays (dont 51 africains) sur la base de 32 indicateurs de performance, regroupés en 11 catégories, qui se rapportent essentiellement à la vitalité des écosystèmes, la qualité de l’air, la santé, la biodiversité, la qualité de l’environnement, les ressources en eau… Source : Université de Yale 

Indice de résilience climatique (IRC)

2021 : 19,3 (score) : 135ème rang sur 180 ; 39ème rang sur 53 pays d’Afrique

L’indice de résilience climatique est établi à partir de plus de 900 indicateurs, dont des données mesurant le PIB, les facteurs clés de la vulnérabilité climatique ainsi que la capacité des pays à attirer des financements climatiques et à mettre en œuvre des projets d’adaptation. Il existe trois catégories de résilience : résilience élevée (scores de 60 ou plus sur une échelle de 100 points), résilience moyenne (scores de 45 à 59,9) et résilience faible (scores de 44,9 ou moins). Source : Henley & Partners

Environnement 

Émission de CO2 (tonnes par habitant) 2019 : 0,1 (moyenne monde : 4,97). Source : Banque mondiale

CYBERSÉCURITÉ

Index de cybersécurité (Global Cybersecurity Index)

2020 : 3,24 (score sur 100) ;176 ème rang mondial sur 182 ; 41ème rang sur 54 en Afrique

L’index est établi à partir de plusieurs critères : mesures légales (cadre juridique et légal) ; mesures techniques (existence d’institutions et de cadres techniques traitant de la cybersécurité) ; mesures organisationnelles (existence d’institutions, de politiques et de stratégies de coordination pour le développement de la cybersécurité au niveau national) ; mesures de renforcement des capacités (existence de programmes de recherche et développement, d’éducation et de formation, de professionnels certifiés et d’organismes du secteur public favorisant le renforcement des capacités) ; Mesures coopératives (existence de partenariats, de cadres de coopération et de réseaux de partage d’informations. Source : UIT (Union internationale des Télécommunications)

PUISSANCE MILITAIRE

Classement Global Fire Power (GFP) 
  • 2020 : 129ème rang mondial sur 138 ; 31ème rang en Afrique (sur 38)
  • 2022 : 134ème rang mondial  sur 142 ; score : 5,2184

Depuis 2006, GlobalFirepower (GFP) fournit des données concernant 142 puissances militaires modernes. Le classement GFP est basé sur la capacité potentielle de chaque nation à faire la guerre sur terre, sur mer et dans les airs par des moyens conventionnels. Les résultats intègrent des valeurs liées à la main-d’œuvre, à l’équipement, aux ressources naturelles, aux finances et à la géographie. Le GFP se base sur cinquante critères, dont le nombre de militaires actifs, la force navale, la disponibilité du carburant pour les opérations militaires, le nombre d’avions de chasse, le budget consacré à la défense, la flexibilité logistique, etc. Un score parfait (jamais atteint) est égal à 0,000. Source : Global Fire Power

INDICATEUR DE PAIX

Global Peace Index (GPI)

2022 : 3,02 (Score global) ; 155ème rang sur 163ème rang sur 49 pays africains

Produit par l’Institute for Economics and Peace (IEP), un think tank indépendant basé à Sydney, en Australie, le Global Peace Index (GPI) mesure l’état de la paix dans 163 pays du monde,  couvrant 99,7 % de la population mondiale. Le GPI  s’appuie sur 23 indicateurs qualitatifs et quantitatifs qui mesurent l’état de la paix dans chaque pays à travers trois domaines clés : ampleur du conflit national et international en cours  (pacifisme et implication ou non dans des conflits internationaux) ;  sûreté et sécurité (taux de criminalité, terrorisme, manifestations violentes,…) ; militarisation (dépenses militaires/PIB, effectifs des forces armées pour 100 000 habitants, volume d’armes conventionnelles importées et exportées…). Pour chacun des indicateurs est accordé un score et plus un pays est pacifique, plus son score est proche de 1. A contrario, plus il est considéré comme violent, plus son score est élevé. Source : Institute for Economics and Peace

- Advertisment -

ARTICLES LES PLUS LUS